blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science-fiction

  • L'âme du Phénix

    Coup de Chœur 2022

    Célia Flaux, Porcelâme, Tome 2 Le chant du Phénix, Tome 1 La voie du Kirin, Bayard, Florent Grattery, fantasy japonaise, Lian Hearn, Le clan des otori, décembre 2022. « Chaque clan doit allégeance à l’Empereur. L’empereur doit assistance à chaque clan. L’empereur est garant de la paix »

    Vous êtes plutôt Dragon, Tigre, Tortue, Phénix ou Kirin ? Long temps d’hésitation ? Vous n’avez pas encore découvert l’univers de Porcelâme de Célia Flaux aux éditions Bayard. Ici ce n’est pas le « choixpeau magique » qui détermine si vous êtes plutôt Griffondor, Serdaigle, Poufsouffle ou Serpentard. Cela dépend un peu de votre lieu de naissance et de vos gènes … à moins que l’animal sacré d’un des cinq clans ne se manifeste devant vos yeux. Et là votre destin peut basculer en un clin d’œil. Ajoutez à cela une petite statuette, de matière magique, qui vous suit partout et représente vos états d’âmes profonds. Terminez par un grand empire au bord de l’implosion, avec cinq clans qui s’attirent et se déchirent, des enfants royaux qu’on veut utiliser et des samouraïs, fidèles ou indépendants, lâches ou dangereux. On pense d’abord au Clan des Otori de Lian Hearn mais l’histoire nous absorbe très vite. Après avoir dévoré le tome 1 La voie du Kirin où l’on suit l‘évolution de la jeune et robuste guide des montagnes Tomoe et du rōnin Kiyoshi, discret et puissant ; on se délecte du second opus : Porcelâme, Le chant du Phénix. (Penchez-vous d’abord sur le 1er volume avant de lire ce qui suit)

    « Le traité fondateur est écrit sur un rouleau en porcelâme appelé l’âme de l'Empire, qui représente les cinq animaux sacrés ».

    Cette fois-ci, les lecteurs suivent moins les battements de cœur de Tomoe, bien qu’elle reste une des protagonistes de l’histoire. Désormais, nous nous penchons sur le cas de son amie Aïko. Les montagnes sacrées du Kirin n’ayant plus de secrets pour nous, partons à la découverte du clan du Phénix, peu évoqué dans le précédent tome. La jeune miko, longtemps restée auprès de la Grande Prêtresse, ne connaît pratiquement rien du clan du Phénix et de son animal sacré. Elle aura bien besoin de Tomoe, Kiyoshi et du jeune prêtre Chihiro pour s’acclimater à ces terres hostiles. D’autant plus que les intrigues politiques mettant en jeu l’harmonie des différents clans se précisent et se compliquent. L’empereur (clan du dragon) est-il complice de la régente du clan du Phénix ? Peut-on faire confiance à la nouvelle gouverneuse du Tigre et pourquoi le porte-parole de la Tortue ne prend jamais parti ?

    « Le Phénix, dieu du Sud et du Feu, recherche l’art et le savoir. Il s’incarne dans une seule personne, choisie selon des critères mystérieux ».

    Les complots apportent du rythme et du suspens au récit. Néanmoins, c’est la richesse et la complexité des personnages qui accrochent les lecteurs. Ainsi on partage les sensations, la palette d’émotions mais aussi les nouveaux liens que traversent Aïko au fil de l’histoire. Comme elle, nous suivons les légendes de l’empire, nous nous imprégnions de l’atmosphère propre à chaque clan puis de la magie et la poésie qui irriguent Porcelâme à chaque instant. La nature et l’art sont également présents dans la trilogie de Célia Flaux et il nous tarde de savoir quel territoire nous allons découvrir dans le dernier tome. Concluons cette chronique en saluant le beau travail d’illustration de Florent Grattery qui accompagne les romans. Le chant du Phénix est sorti fin octobre mais c’est toujours plaisant de finir l’année 2022 en décernant un brûlant coup de Chœur ! (À lire dès 12 ans)

    Image: Bayard

  • La lune de Kyoto

     Love under the blue Moon,  Mii Hirose, Delcourt, roman ado, kyoto"Le bleu du ciel se mêlait à celui du bassin et ainsi, l’ensemble du paysage semblait avoir été peint d’une seule et même couleur".

    Allons contempler la lune bleue, un phénomène très rare, grâce à Love under the blue Moon aux éditions Delcourt. C’est un soir comme celui-ci que Keiichi rencontre Saki. L’adolescent est en vacances chez sa grand-mère et décide de parcourir les rues de Kyoto qu’il connaît mal. Malgré lui, ses pas le guident vers une forêt puis un étang où se reflète une lune un peu spéciale. Mii Hirose a écrit une histoire romantique empreinte de fantastique, qui se distingue des idylles habituelles pour adolescent.es. On y retrouve également la poésie et l’ambiance si singulière et touchante de la société japonaise.

    "Sur la devanture s’étalait une bannière jaune indiquant « Les croquettes au bœuf, spécialité d’Arashiyama » et une douce odeur familière, caractéristique de cette denrée, flottait dans l’air".

    Tout au long du livre, le récit oscille entre découverte du sentiment amoureux, nostalgie et attachement/détachement du cocon familial. De même, des sensations contradictoires nourrissent le lecteur : partage des émotions des personnages, gêne de l’aspect « midinette » de certaines scènes voir une pointe de sexisme « Quel genre d’homme était capable de rester de marbre face à la détresse d’une jeune fille ?», fascination pour le décor (la ville de Kyoto, l’architecture, les boutiques, les spécialités et la nature environnante). Au final, c’est l’univers onirique et de science-fiction qui happe jusqu’à la dernière phrase.

    "Saki m’observait avec insistance et mon champ de vision fut rempli par son visage. Ses immenses pupilles brunes ressemblaient à celles d’un chat et son sourire était fragile".

    Mii Hirose évoque les mangas qu’affectionnent les protagonistes. Effectivement cette histoire pourrait être totalement retranscrite par l’image tant la description de l’environnement est minutieuse et souligne admirablement le propos. Le passage du temps : la ville qui évolue, la grand-mère qui perd la mémoire ou l’adolescent qui perçoit les changement de ses camarades ; est énoncé par petites touches qui apparaissent soudain comme essentielles à la fin du récit.

    Image: Delcourt

  • Les signes de l'outre monde


    "Tout ce que nous réprimons se renforce dans l'inconscient et jette une ombre sur le monde, et la "matière noire" est peut être précisément l'ombre de la plénitude imaginative que nous avons refusé à notre cosmos". (p.231)

    L'inconscient collectif, l'imagination et l'âme du monde sont des métaphores d'une réalité daïmonique. (p.228)

     

    laurent kasprowicz,romuald leterrier,bertrand méheust,brent raynes,marc leduc,jacques jaillat,sharon hewitt rawlette,patrick harpur,yann vadnais,charles imbert,jocelin morisson,henry corbin,c.g jung,phénomènes,éditions trédaniel,ovnis,parapsychologie,trickster,daïmon,réalité,advaïta vedanta,soi,rêve,chamanisme,invisible,septembre 2022Dans la lignée du titre Ovnis et conscience, Phénomènes, co-né par l'intention des chercheurs-écrivains Laurent Kasprowicz et Romuald Leterrier, est un livre pluridisciplinaire et réflexif paru chez Trédaniel éditions, qui croise plusieurs auteurs de renoms et sujets connivents.
    La figure et l'archétype du "Trickster" est le liant et fil rouge de ce jeu de piste monumental (par le spectre exploré), qui énumère ses caractéristiques, fonctions et dans une seconde partie ses racines folkloriques et philosophiques anciennes, notamment son analogie avec les "daïmons" hellénistiques (à ne pas confondre avec les démons).
    Comme l'oubli de ses rêves au réveil, la parapsychologie ou le phénomène ovnis présentent un caractère élusif (impossibilité de rapporter une preuve) propre aux facéties du Trickster, qui est aussi le gardien entre le rêve et la Réalité s'entendant comme la totalité du Réel, soit l'Âme du monde, la Psyché totale englobant le tangible et l'invisible, le conscient et l'inconscient (plutôt collectif au sens jungien du terme). Il est ce "farceur, fripon, messager, gardien d'entre les mondes" dont l'"archétype, en limitant l'emprise du paranormal, nous offre peut être une protection vitale contre une destruction irrémédiable de notre psyché" (p.169).
    Il faut dire qu'en d'autres temps l'invisible, l'imaginaire, le mythe ou le surnaturel n'étaient pas relégués au rébus et donc refoulés d'où son espièglerie actuelle à nous montrer notre route sans issue empruntée par une vision du monde toute rationnelle.
    Le livre, entrecoupé de nombreux témoignages authentiques d'apparitions d'ovnis ou de phénomènes psys (le téléphone de l'au-delà vécu par L. Kasprowicz par exemple), pose la question de ce qu'est la Vérité. Est-ce la réalité objective ou la partialité ? L'icône ou l'image ? L'esprit ou la matière ?
    La trame réflexive semble nous indiquer une direction : la fusion des deux, l'imbrication de la psyché et de l'imaginal, le pacte matière-lumière, en soi. Plus de division mais une unité comme à l'origine où l'imaginaire côtoyait le réel, le mythe l'ordinaire.
    Le Trickster préfigurerait le jeu, la joie, la fin du mental roi. Il annoncerait, dans un proche avenir, l'homme relié qui s'oppose à l'homme connecté singeant le monde de l'âme mais manquant de singularité. C'est le signe peut-être du retour de la magie dans nos vies, d'un monde où tout devient possible, véritable instant créateur au-delà de l'espace-temps.
    La conclusion et ouverture de Jocelin Morisson dresse un pont entre la science et la spiritualité, en évoquant le Réel selon l'advaïta Vedanta, une vision pleine et entière de la psyché, éveillée du rêve de l'existence séparée...de la totalité de sa Source ou Soi. Le Soi jungien, évoqué à demi-mesure en filigrane de l'ouvrage, préfigurait ce centre ou matrice organique divino-humaine.

     

    Chaque pas vers LUI est un éveil. Chaque existence - pas seulement la vôtre - n'est que rêve. Un rêve subtil...de plus en plus subtil...mais un rêve. Un seul éveil : LUI. (Dialogues avec l'Ange)

  • Neptune, cycle robotique

    Neptune, Les mondes d’Aldébaran, Léo, Dargaud, Aldébaran, Bételgeuse, Antarès, Survivants, Retour sur Aldébaran, Tsaltérians, extraterestres, épopée stellaire, 2022L’univers est-il peuplé d’autres créatures, d’autres humanoïdes ou espèces intelligentes ? Pour le moment nous n’en savons rien mais dans Les mondes d’Aldébaran de Léo (alias Luis Eduardo de Oliveira) publié chez Dargaud, c’est une certitude. Les humains n’en sont plus à coloniser des territoires mais carrément des planètes. Le premier tome du 1er cycle Aldébaran (5 albums), sorti en 1994 débute d’ailleurs bien loin de la Terre sur une planète dont les communications avec la grande bleue sont coupées depuis un siècle. C’est à dire bien avant la naissance de Kim Keller. En 2179, l’adolescente va faire la connaissance de la Mantrisse, un animal intelligent vivant dans les profondeurs de l’océan et ressemblant à une baleine. Kim deviendra l’héroïne des cycles suivants avec Bételgeuse (5 albums) et Antarès (6 albums). En parallèle nous découvrons Manon Servoz, terrienne qui a échoué dans un coin inconnu d'un système solaire au sein de Survivants (5 albums). Elles se rencontreront dans le cycle suivant suivant Retour sur Aldébaran (3 albums).

    Aujourd’hui Léo sort l’épisode un du nouveau cycle Neptune, toujours chez Dargaud. En 2203, Kim et Manon vont à nouveau faire équipe avec l’aide de leurs amis Tsaltérians (extraterrestres) pour une nouvelle mission dangereuse quelque part dans l’univers. On retrouve également Marc et Alex, fidèles des aventures de ces filles intrépides et difficiles à suivre. Comme à chaque fois, les mystères sont nombreux, les découvertes plus surprenantes les unes que les autres et le suspens toujours à son comble. La bande dessinée se lit d’une traite et on a toujours envie de replonger dans les cycles d’avant en attendant le prochain ou pour se remémorer tous les détails foisonnants de cette épopée stellaire.

    Le dessin très réaliste rend totalement crédible les étranges créatures croisées dans les différents tomes, de la plus mignonne à la plus repoussante. Il en est de même pour les extraterrestres, dont la ressemblance avec nous est troublante. On découvre d’ailleurs petit à petit pourquoi. Dans Neptune, il est moins question d’humanoïdes que de robots. Ils semblent prendre le contrôle des corps et des vaisseaux. Pendant ce temps-là Manon vient de finir sa formation sur Terre pour devenir agent spécial de l’O.N.U. Quant à Kim, elle revient sur Bételgeuse pour retrouver une ancienne connaissance. Le danger n’est jamais loin et les deux héroïnes devrons y faire face mais inutile d’en dire plus puisqu’il est temps que vous le lisiez. Et si vous n’aviez jamais entendu parler des Mondes d’Aldébaran, ne nous lamentez pas, c’est la bonne résolution de 2022 : les découvrir !

    Image: Dargaud