blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunesse

  • Béton, imagination, bande-son

    cité des argonanutes,des mensonges plus grands que le collège,insa sané,milan jeunesse,octobre 2021,wilfied n'sondé,comédie urbaine,les cancres de rousseau,sarcelles-dakarAdieu le CM2 ! La classe des p’tits c’est fini. Maintenant Bounégueux, Maya, Erwan, Jeanne et Medi sont prêts à franchir les grilles du collège. Bon, prêts, c’est peut-être pas le mot. Oui, parce que Bounégeux est toujours vu comme le « nouveau » bizarre, qui vient d’ailleurs, Erwan attend encore la petite souris, Jeanne n’ose pas dire à sa mère que ses amis sont noirs et arabes et Medi a peur de passer pour une « victime » puisqu’il se fait harceler dès la rentrée. Quant à Maya, elle a de plus en plus de mal à vivre avec le mensonge qui la ronge.

    « Le nouveau ? Il a toujours un tronche qui nous revient pas. Personne ne sait ce qu’il est venu chercher. Lui non plus sans doute, tout pataud dans ses habits impeccables.»

    Voici la nouvelle bande de Cité Les argonautes d’Insa Sané aux éditions Milan jeunesse. Après sa Comédie Urbaine, à découvrir d’urgence, qui suit l’évolution du lycéen Djiraël et ses amis (Les cancres de Rousseau, Sarcelles-Dakar, etc.), place à la jeunesse puisque les protagonistes sont cette fois au collège. Bonne nouvelle, les lecteurs auront le temps de s’attacher aux adolescents. En effet, il s’agit du tome 1 : Des mensonges plus grands que le collège, et quatre autres épisodes devraient suivre.

    « Et ben, devinez quoi ? La petite souris est passée pendant la nuit ! Et elle m’a lâché un billet. Pas une pièce, mais un billet. C’est fou, non ? »

    En attendant la suite, nous découvrons la vie quotidienne de ces jeunes dans leur cité, appelée Les argonautes. Ils apprennent à grandir et accepter les différences de leurs amis mais aussi de leurs ennemis. Cela ne les empêche pas de prendre de mauvaises décisions ou de faire des bêtises mais ils savent se serrer les coudes quand il le faut. Le collège peut parfois prendre l’allure d’un environnement dangereux pour eux tout en leurs permettant de s’ouvrir à la culture, autre que celle du quartier, comme la rencontre avec un écrivain du nom de Wilfried N’Sondé, Tiens ! Tiens ! …

    « Wilfried N’Sondé, qui n’en perd jamais une miette, intervient fermement : - C’est toujours plus facile de parier sur la défaite des autres plutôt que de les aider à réussir ».

    Ce nom ne vous dit rien ? De la fiction s’échappe parfois la réalité. Wilfried N’Sondé est bien un écrivain français (Prix Senghor pour le roman Le cœur des enfants léopards), il pourrait donc tout à fait venir à la rencontre d’une classe de collégiens comme celle de Bounégueux. D’ailleurs, Insa Sané, l’auteur de Cité des Argonautes, se rend lui aussi souvent dans les établissements scolaires pour parler de ses ouvrages. Il connaît donc bien les élèves et s’en inspire visiblement ici. À l’image du papa de Bounégeux, Insa Sané est aussi chanteur et compositeur. C’est pourquoi il propose aux lecteurs cinq chansons en lien avec le livre. Mention spéciale pour le slam La flûte d’Ismaël et pour le personnage du roman.

    Un petit livre où les cinq protagonistes ont la parole et racontent l’histoire à leur manière. Une entrée fracassante en 6ème et dans l’univers de la Cité des argonautes, à mettre entre toutes les mains dès 10 ans.

    Image: Editions Milan Jeunesse

  • Chuter pour mieux se libérer

    Après la chute, Marie Leymarie, syros, octobre 2021, gymnastique, Jeux olympiquesLes jeux olympiques de Tokyo viennent de s’achever, ceux de Paris sont déjà en ligne de mire pour les athlètes. Les spectateurs devront attendre trois ans pour assister aux compétitions tandis que la plupart des sportifs s’y préparent depuis leur enfance. Dans le roman Après la chute de Marie Leymarie, chez Syros, c’est le cas de Lilou, 16 ans. L’histoire se déroule en 2020 et la jeune fille s’entraîne pour les J.O du Japon. Il lui reste quatre mois pour parfaire ses enchaînements de gymnaste. Pour être prête, elle a intégré le pôle Espoir de Toulon depuis ses 11 ans, loin de sa famille.

    - C’est cool, avait-elle dit. Si tu pars à Toulon, je vais avoir la chambre pour moi toute seule.

    C’est grâce à sa grande sœur que Lilou a commencé la gym à l’âge de quatre ans, d’abord pour l’imiter. Très vite, la petite fille veut impressionner Julia, la rendre fière d’elle. Lilou finit par dépasser son aînée, attirer le regard de son entraîneuse et provoquer l’admiration de son père. Dès lors, la gymnastique prend toute la place dans sa vie et elle travaille d’arrache-pied. Dans le même temps, la sérénité familiale se dégrade entre la grande en perpétuelle rébellion, la petite dernière Clara, enfant différente, et les parents un peu dépassés. Lilou est la seule dont le chemin semble déjà tout tracé et qui fait la fierté de ses parents.

    Elle enfile son justaucorps, rapidement, en tirant sur le tissu élastique, hop un bras, hop l’autre, et vite, les deux chevillières.

    Lorsqu’on veut être sportive de haut niveau, on apprend à maîtriser son corps mais aussi à ne pas trop l’écouter. La douleur fait partie de l’apprentissage tout comme le dépassement de ses peurs. Les entraîneurs, Philippe et Camilla, sont là pour nous pousser, évaluer nos progrès et vérifier notre poids. Lilou, comme ses camarades, est habitué à un rythme soutenu et éreintant, une hygiène de vie impeccable en évitant de se plaindre au moindre bobo. Lorsque l’adolescente a mal à la cheville (depuis deux mois), elle préfère se taire et continuer l’entraînement. Sauf que ce jour là elle chute aux barres et le verdict tombe : deux mois d’arrêt à quatre mois des jeux olympiques.

    Elle remonte sur l’agrès, sonnée, les bras tremblant. En petit automate bien huilé, elle refait son tour et demi, comme on le lui a appris, pour ne pas perdre les points.

    Comment arrêter un sport du jour au lendemain quand on y consacre ses journée depuis l’enfance ? Comment garder la niaque pour retrouver sa place en haut du podium ? Comment occuper son esprit à autre chose que la gym ? Comment accepter le regard déçu de sa famille, de ses entraîneurs ? Comment revivre avec ses parents et ses sœurs qu’on a quitté à 11 ans ? Comment vivre les compétitions de ses camarades à distance ? Comment percevoir le silence de ses coachs ? Comment déconstruire ses préjugés sur les autres et sur soi-même ? Comment apprendre à s’aimer ?

    - Je veux pas dire que ma vie est mieux que la tienne. - Tu veux pas le dire, mais tu le penses, riposte Margaux. Depuis des années, tu le penses.

    Le livre de Marie Leymarie nous plonge dans la tête de Lilou, gymnaste espoir et dans sa difficulté à vivre une adolescente hors-norme. Elle répond aux questions que peuvent se poser de jeunes sportifs mais aussi tous les adolescents du monde qui se construisent et se découvrent à travers leurs passions ou leurs déceptions et les liens qui les unissent à leur familles, souvent complexes. Un beau roman profond qui nous fera regarder les athlètes de Paris 2024 avec un autre œil et surtout ceux qui ont vu leur rêve s’effondrer avant.

    Image: Éditions Syros

  • Perséphone sonne à ta porte

    mon beau grimoire,chrysostome gourio,collection hanté,casterman,octobre 2021,halloweenSous les capuches, la lumière pâle donne aux visages des allures de crânes et, à l’extérieur, la pluie s’abat sur les vitres dans un étourdissant fracas.

    Octobre est entamé ! Vous avez moins d’un mois avant de vous trouver un costume à faire pâlir un mort. Halloween, ça vous dit quelque chose ? Mais si ! C’ est le temps des citrouilles tueuses, des potions empoisonnées et des sorcières des cimetières ! Soyez prêt à vous planquer derrière un chaudron de bonbons visqueux car l’heure de la vengeance a sonné pour Perséphone, échappée du livre Mon beau grimoire de Chrysostome Gourio collection Hanté des éditions Casterman. (Grincement de porte)

    Sorcière, Sorcière, Tu vas nous laisser faire !  Sorcière, Sorcière, Ou tu vivras un enfer !

    Perséphone, élève de 6ème, est harcelée au collège par les trois K alias trois garçons de sa classe qui « Kiffent » se moquer des sorcières. Oui, parce que selon eux c’en est une ! Au lieu d’avoir peur d’elle, ils s’amusent à l’effrayer, voir à profiter de la jeune fille. Perséphone a peur de l’avouer à Nathalène sa seule amie. Les garçons continuent donc leur petit manège. Et si c’était vraiment une sorcière, ne devraient-ils pas plutôt s’en méfier ? De toute façon, il faut toujours faire attention avec une fille acculée. Persécuter quelqu’un n’est ni anodin ni sans risque de retour à l’envoyeur … (Bruit de molosse affamé)

    Parce que mon père est le gardien du cimetière et qu’on habite en plein milieu. On a une grande maison et un super jardin, entourés de milliers de tombes.

    On frisonne, on rit, on s’offusque, on ne voudrait pas être happé dans cette histoire, mais c’est trop tard, on l’est quand même. On aimerait éviter d’être hypnotisé alors on ferme les yeux. On ne peut plus lire, il faut les rouvrir. Le grimoire nous attend patiemment, telle une araignée ou comme Perséphone et son chat Hadès. Un peu de courage, bon sang ! (Rire de sorcière amère)

    Au loin, elle entend un rire. Infernal. Épouvantable. Une victoire. Et elle aperçoit, dans les nuées, une silhouette sombre qui écarte les bras en signe de bienvenue.

    Un petit livre réservé aux fans d’horreur qui aiment lire des bouquins hantés à la bougie le soir d’Halloween en sirotant un cocktail grenadine-tomate-rouge-sang bien sûr. C’est à partir de 12 ans, pour les plus téméraires. (Miaulement de chat-zombie)

    Image: Éditions Casterman

  • Le garçon qui devait s'affirmer

    Le garçon qui ne voulait pas parler, Cassandra O'Donnell, Flammarion Jeunesse, septembre 2021, harcelement, mutismeAsante grommelle intérieurement en saisisant le verre et le porte lentement à ses lèvres. Sa mère l’observe, attend quelques secondes qu’il se mette soudainement à parler, puis, comme tous les matins, pousse un gros soupir déçu.

    Asante ne s’exprime pas. Pour quoi faire puisque les autres le font pour lui ? Pas besoin d’ouvrir la bouche pour comprendre les cours ni pour jouer au foot avec Jordan et Karim ses potes de toujours. Même avec sa mère, qui est seule à l’élever, il suffit d’obéir sans broncher. En sixième tout le monde le sait et personne n’y fait plus attention. Seulement dans le roman Le garçon qui ne voulait pas parler écrit par Cassandra O’Donnell et édité par Flammarion Jeunesse, l’arrivée de Morgane va tout chambouler.

    Toutes les têtes se tourne vers elle. Asante entend quelques élèves murmurer : - Elle a regardé Google ? - Elle se prend pour une prof ? - Elle veut participer à Question pour un champion ou quoi ?

    Elle est une nouvelle voisine qui vient d’emménager, ne connaît personne au collège et a atterrit dans la même sixième que lui. Morgane est brillante, Morgane est souriante, Morgane porte des pulls démodés. Bref, pour les gens de la classe, cette fille est bizarre. Ils ne manquent pas de lui rappeler et se moquer d’elle devient le jeu favoris des élèves. Asante ne dis rien, comme toujours, et pourtant il n’en pense pas moins. Mais que se passe t-il dans sa tête exactement ? Quel avis a-t-il sur Morgane ? Que perçoit-il de la situation ? Cela reste un mystère puisqu’Asante n’ouvre plus la bouche depuis longtemps. Pourtant ne serait-il pas temps de s’exprimer dans cette histoire ? De faire un pas vers l’autre ?

    - C’est toi qui ne parle pas et c’est moi qui suis bizarre ? Rigole Morgane en lisant sa réponse.  « Moi c’est pas pareil, j’ai une excuse », écrit-il avec humour.

    Dans ce court roman, pour les 10-13 ans, Cassandra O’Donnell aborde subtilement les thématiques du harcèlement, des traumatismes de l’enfance et de l’affirmation de soi à l’adolescence. Appartenir à un groupe est souvent plus important que de défendre sa propre opinion, sans doute pour éviter de se retrouver comme Morgane, rejetée. En effet, tout à chacun peut devenir harceleur ou harcelé sans forcément de raison apparente autre que sa place au sein d’une classe ou d’un collectif.

    Ce livre peut donc servir de base à une réflexion au collège avec des élèves. Il est d’autant plus d’actualité qu’il y est question des réseaux sociaux, notamment snapchat, du droit à l’image* puis à la vie privée que les enfants ne connaissent pas et qui reste, encore aujourd’hui, assez flou pour les adultes. Malgré un ou deux clichés sur la banlieue et ses habitants ce roman est à découvrir pour les futurs et les nouveaux collégiens ainsi que leurs familles.

    *On ne peut diffuser la photo d’une personne sans son autorisation sur Internet, que l’on soit à l’origine du cliché ou qu’on le partage. Toute personne dont la vie privée est exposée sur Internet sans son consentement peut obtenir réparation du préjudice subi et demander le retrait immédiat du contenu diffusé.

    Image : Flammarion Jeunesse

  • Eden, fille sans amarres

    Eden, fille de personne, Marie Collet, actes sud junior, septembre 2021, adoptionPlusieurs existences dans une seule. Toutes ratées. Celle que je vivais depuis deux ans était la pire. Et je l’avais bien méritée.

    Ce qu’elle préfère ? Parler avec Michelle Obama et Léonardo Di Caprio, ses parents imaginaires. Ils ont toujours de bons conseils et ne la lâcheront jamais, eux. Pas comme les nombreux parents adoptifs d’Eden, fille de personne, l’héroïne du nouveau roman de Marie Collet aux éditions Actes Sud junior.

    J’avais senti ma chance d’habiter dans un cadre aussi splendide, entre cette terre chaude et ce lac rafraîchissant. Avec ma famille.

    L’histoire de l’adolescente de 16 ans, vivant désormais dans un foyer social est sombre et désespérante. Le lecteur se demande par quel miracle elle tient encore debout dans une Amérique qui autorise les réadoptions comme on échangerait un pantalon trop grand. Hypersensible, nous aurions presque envie de refermer le livre de peur que l’atmosphère s’épaississe encore. Oui, mais, voilà, quelque chose nous retient. Est-ce une curiosité malsaine, un besoin d’être rassuré sur son avenir, de ne pas croire à la malchance éternelle ou l’écriture fluide de l’auteur qui tient en haleine ?

    Ses yeux étaient cernés et surmontés de longs cils si noirs qu’ils semblaient maquillés. Son nez était retroussé, son profil loin d’être parfait. Sauf pour moi.

    Et puis si personne ne s’attache à cette fille paumée, en colère contre ce monde injuste, nous, on ne peut pas s’en détacher. Et on fait bien car Eden trouve petit à petit des éclaircies sur sa route. Une manière de rappeler que même dans la souffrance la plus profonde, quelqu’un ou quelque chose peut nous aider à remonter la pente. Un nouvel ami peut toujours surgir au bord du chemin au moment le plus inattendu. L’auteure ne se départit jamais d’une bonne dose d’humour qui dédramatise les situations.

    - Appelle-nous James et Karen. Pas de chichis entre nous, tu nous tutoies, d’accord ? Il me parlait comme si on se connaissait depuis longtemps. Il était naturel et je l’enviais d’être si simplement lui-même.

    Un roman qui ne laisse pas indemne et nous donne envie d’adopter deux chiens et quatre chats sitôt refermé.

    À partir de 14 ans

    Image: Actes Sud Junior

  • Disparition rébellion

    Sable bleu, Yves Grevet, Syros, août 2021«- On peut m’expliquer ce qui se passe ? Demande ma mère d’un air agacé. Je voulais prendre mon traitement mais la boite a disparu. »

    Plus de pétrole, plus de charbon, plus de produits chimiques, à première vue le monde dans lequel vit Tess fait plutôt rêver. Sauf que, dans Sable bleu, nouveau roman d’Yves Grevet chez Syros, ces phénomènes ne viennent pas de la prise de conscience des humains mais d’évènements étranges qui se produisent simultanément. « Maladie du pétrole », charbon inutilisable et médicaments qui disparaissent du jour au lendemain dans des pharmacies ou chez des particuliers dans tous les coins de la planète. Les autorités sont persuadées que c’est un coup de ces jeunes écolos de « Planet Reboot » considérés comme les nouveaux terroristes par les gouvernements. Manque de pot pour Tess, la jeune fille milite au sein du mouvement depuis son entrée au lycée et intrigue les policiers. De fait l’adolescente ne se sent pas très bien depuis quelques temps, ressent d’étranges sensations, est la proie de visions dont elle n’ose pas parler.

    Et moi, de mon côté, qu’est-ce que je fais avec ce que j’ai vécu cette nuit ? Avec qui puis-je partager mon expérience sans passer pour une mythomane ?

    Ceci n’est pas une dystopie mais plutôt une utopie. Dans ce roman la nature va mieux, les humains n’ont plus besoin de tranquillisant et l’amour empreigne chaque page. Pourtant quelque chose se trame sur cette planète et des jeunes gens commencent à disparaître. Difficile de savoir jusqu’à la dernière page si ce qui arrive est une bonne ou une mauvaise chose. On suit Tess, avec joie et appréhension, dans son cheminement. Cette héroïne nous réconforte et donne l’espoir d’un monde meilleur. Ici la protection de la nature va de pair avec l’entraide, l’acceptation de l’autre, l’adaptation et le combat pour la vérité. L’auteur aborde aussi, toujours subtilement, les questions de légitimité et de radicalité dans la sauvegarde de la planète, le retour à l’agriculture « saine », pas toujours facile mais aussi la difficulté d’être différent (homo, adopté, hypersensible, etc.) dans une société trop rigide.

    « Et bien … Ils observent tous, depuis plusieurs mois, une très nette diminution de la pollution de l’eau de mer par les plastiques ! Le combat n’est pas encore gagné mais l’amélioration est spectaculaire. »

    Les personnages d’Yves Grevet, sont tous singuliers et attachants, la science-fiction flirte avec le réel et le livre, passionnant, se lit d’une traite. Adolescents et adultes peuvent aisément s’y retrouver et y puiser des idées pour le monde de demain. Bref, ça fait du bien !

    Image: Éditions Syros

  • L'odyssée du souffle

    Une second souffle, Gilles Marchand, Jennifer Murzeau, Rageot éditeur, août 2021, littérature jeunesse, Greta ThunbergRespirer. Un mouvement naturel et instinctif pour les humains. On n’y prête peut-être plus attention depuis un certain virus. Pour Ulysse et ses camarades cela relève de l’exploit. Enfermés depuis leur naissance dans un centre qui les protège ils doivent vivre avec leur asthme, leur inhalateur et leur toux à répétition. Impossible de franchir les murs, au dehors tout est pollué, brûlé, gris, nature évaporée. Ils rêvent du monde d’avant qu’ils n’ont jamais connus et se consolent avec de vieilles brochures de voyages.

    « Une vague salle de sport pour nos corps déglingués, des lits relativement confortables, des médecins pour s’occuper de nous et des livres datant pour la plupart du XXe et du du début du XXIe siècles. Dehors, tu chopes un rhume, tu meurs dans la journée ».

    Ava, elle, vit dans ce monde d’avant. La jeune lycéenne aimerait que ça bouge, que ça change , que les adultes se réveillent. Cela semble peine perdue. Le climat qui déraille, le désert qui avance, la fonte des glaces, les inondations, les pandémies, les animaux qui disparaissent… Franchement qui ça intéresse excepté Greta Thunberg et Nour sa meilleure amie ? À part en vouloir à la terre entière, Ava ne sait pas quoi faire.

    « Ils étaient devenus des vieux bourgeois cyniques, à l’aise sur l’asphalte, ne cherchant la plage qu’à l’autre bout du monde, après dix heures d’avion qu’ils effectuaient chaque année sans état d’âme malgré mes exposés répétés sur les conséquences de leur mode de vie. Et ça m’a foutu un seum pas possible »

    Dans le roman ado Le second souffle publié chez Rageot ces deux-là ne vivent pas dans le même monde et pourtant une même rage les anime, peut-être l’énergie du désespoir. Ils ne veulent plus se faire dicter leur conduite par les profs, les conseilleurs d’orientation, les parents, les infirmiers, les médecins. Ava et Ulysse cherchent une porte de sortie, une idée brillante pour sortir du brouillard.

    Les auteurs Gilles Marchand et Jennifer Murzeau transportent le lecteur dans leur univers apocalyptique qui ressemble étrangement au nôtre. D’ailleurs n’est-ce pas le même ? Son futur ? Son passé ? Une chose est sûr. Impossible de rester indifférent à la colère d’Ava, de ne pas vouloir s’enchaîner avec elle pour lutter contre le dérèglement climatique. Impensable de laisser Ulysse dépérir dans cette prison aseptisée, de ne pas l’aider à chercher la faille dans le mur malgré la Bête qui rode. Un thriller prenant, à la fois flippant et rassurant, romantique et sombre, qui respire le bon air marin et le vide-ordure.

    Un second souffle vibrant et nécessaire, tant qu’il est encore temps.

    Image: Rageot éditeur