blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire

  • Lonely boug


    "Avant le Wild Brunch, d'autres musiciens ont ébauché les lignes de cette musique sous influence dub : on se disait que ce ne se serait pas punk de faire quelque chose qui avait déjà eu lieu depuis trois mois. Si tu contestes la politique ou la société , il faut défier le concept même de la musique, alors on a mis du free jazz, du funk, de la musique concrète et beaucoup de noise expérimentale (Mark Stewart de The Pop Group)".

     

    Florine Delcourt,Tricky antistar superstar,Playlist society,ground control,Bristol,Massive Attack,trip hop,false idol,integrité,foi,UK,jamaïque,Mars 2023Florine Delcourt, rédac chef de ground control, émission musicale d'Arte, nous livre avec Tricky, antistar superstar paru chez Playlist Society, un essai concis, précis et léché de l'artiste anglo-jamaïcain de Bristol.
    Véritable bête de scène, issu de la rue et du monde de la nuit, Tricky perça au chant et à la production sur le premier album de Massive Attack (les 3 membres sont issus de Bristol, berceau de légendes comme Banksy ou Portishead), avant de tracer sa route intègre, loin du star system et des albums clones.
    Artiste universel et créateur à l'écriture inspirée, il compose avec des samples de boucles (un mélange de funk, hip hop, soul, punk, rythmes afro caribéen, reggae) où la basse prédomine avant d'y ajouter synthés et voix à majorité féminines, ses muses.
    Artisan indépendant s'adaptant aux changements de l'industrie musicale, il créera son propre label, False Idol, bravant les modes et les étiquettes (trip hop au début) pour explorer les zones d'ombres intérieures et mondaines, se livrant toujours sur disque et sur scène, dans une vraie sincérité émotionnelle.
    Frappé par les épreuves tôt (abandon de son père enfant, suicide de sa mère à 4 ans, perte de sa fille Mina Mazy âgée de 24 ans), il reste un être à vif, sensible, rescapé de ses addictions et d'un mode de vie sur le fil, fuyant la célébrité mais conscient de son identité marquée.
    Légende urbaine, proche du milieu hip hop, il aime mettre d'autres talents en avant et arranger à sa sauce des covers d'artistes de sa playlist.
    En complément, un concert d'Arte récent le capte aux cotés de sa dernière chanteuse Marta Zlakowska dont il produit l'album When It's going wrong.
    Parolier de l'ombre, simple back parfois,  il sait aussi se faire explosif (l'excellent here my dear) en se livrant corps et âme, l'œuvre de tout grand artiste.
    Florine Delcourt nous restitue (pour la première fois en français) l'être a nu, fruit d'un travail journalistique de quatre années, ponctuées de voyages (dont 4 mois d'immersion a Bristol), d'entretiens et d'une rencontre avec l'artiste, restituant le contexte historique et socio-culturel qui l'a vu émerger, en le suivant pas à pas dans son cheminement entre chaos et harmonie.
    Accessible mais facétieux (tricky signifie délicat, rusé), l'homme se dessine par bribes jusqu'à apparaître en toute simplicité, travaillé par ses propres démons, avec la musique comme rédemption. 

     

  • La femme sans tête

    "Lorsque le mental se tournait vers l'intérieur, encore et encore, pour localiser une expérimentatrice, un concept de soi, il créait sans cesse de la terreur car il ne trouvait que du vide (p.95)...le vide était ce que la peur proclamait être : la folie" (p.99)

     

    collision.jpgSuzanne Segal (1955-1997) connut à 28 ans un éveil subit où l'immensité (non-soi) occulta l'existence d'un moi, d'une identité pérenne. Dans Collision avec l'infini - une vie au-delà du moi, paru pour la première fois en français aux éditions Almora-Trédaniel (c'est un classique en Amérique), elle relate son expérience de vie, avant (témoignage intéressant sur la méditation transcendantale ou MT de Maharishi Mahesh Yogi) et après cette métanoïa, notamment une bonne décade de rencontres thérapeutiques, tant la peur paralysa "son" corps et empêcha l'extase inhérente à ce type d'événement numineux, d'advenir.
    Son salut passera par un cheminement spirituel, des lectures sur le bouddhisme (les 5 skandhas ou agrégats du non-soi) et des échanges avec des êtres réalisés du temps présent ou passé (Ramana Maharshi par exemple) qui confirmeront la réalité du vide/plénitude vécu et l'authenticité du changement de focale (il n'y a personne ni témoin autre).
    Le témoignage est captivant et passionnant malgré quelques paradoxes (rejet de la MT mais suivi d'une "volonté" de suivre sa cartographie ou le revirement final concernant le diagnostic psy) et vaut pour la critique étonnamment drôle de toute pratique spirituelle (qui renforce l'autoréférentiel) et la méfiance toute occidentale face à une ouverture de conscience idéalisée par l'Orient. Ici la folie de la dépersonnalisation (ou la peur du vide) versus l'état de vastitude où "l'immensité a son propre désir non personnel de se percevoir directement à travers elle-même en utilisant les circuiteries de chaque être humain" (p.162).

    Psychothérapeute prônant la liberté d'être, elle décèdera malheureusement d'une tumeur au cerveau à 42 ans, modérant quelque peu sur la fin, son diagnostic (im)personnel.

     

  • L'Amour ce corps-don

     

    lucie honoré,emmanuelle soni-dessaigne,maï le dû,sophie kune,dr dominique gros,lucie bertrand-luthereau,sylvie tenenbaum,estelle penain,thi bich doan,chantal motto,alain héril,audrey fella,corps de femmes - incarner son féminin,éditions renaissance - plon,mars 2023Sous la direction de Stéphanie Honoré, 12 témoins dont 10 femmes, évoquent dans Corps de femmes - incarner son féminin, paru aux éditions Renaissance-Plon, le féminin pluriel et en filigrane se dessine une essence. Le corps extérieur, objectivable et source de multiples représentations, qui porte en lui les stigmates de siècles de paternalisme et d'appropriation socio-religieuse, est rebaptisé (soeurciere, F-âme, comYn out...), pansé, conscientisé pour mieux affronter les défis d'un changement de paradigme souhaitable et souhaité (faire la paix entre les sexes ?), comme la "yinisation" du recrutement pour un meilleur équilibre. Guerrière, initiatrice, guérisseuse, alliée du Créateur (pour la génération), mère ..autant de rôles et d'archétypes à incarner dans les pas d'une sororité mythique.
    L'ouvrage aborde également le corps intérieur ou psyché dans la profondeur de sa réalisation, là où finalement les différences s'estompent (d'avec l'homme) puisqu'il est question d'unité, d'équilibre, d'alchimie, de faire des deux l'Un, en parlant des énergies ou qualités masculines et féminines.
    Au-delà de la bisexualité de l'âme, il s'agit peut être de l'avènement et la mise au monde de l'Enfant divin en soi, de l'Homme accompli, des noces entre matière et esprit et d'un sens possible de l'incarnation.
    Cette dimension sacrée n'escamote en rien la maternité naturelle mais constitue sa visée symbolique, comme le couple permet par reflet de se parfaire en tant qu'individu vers l'autonomie et la complétude.
    L'homme porte aussi en lui le féminin blessé (l'anima jungienne) ce qui le rend d'autant plus responsable et acteur de la coopération future.
    Un livre transdisciplinaire aux multiples angles de vue, avec des témoignages courts mais synthétiques et mûris. Un kaléidoscope d'une identité trop souvent réduite a un corps. 

     

  • La profondeur de l'Islam

    La véritable sincérité consiste a dire la vérité dans une situation où le seul mensonge peut te sauver. (Al Junayd)

    Hamid-Redouane-L-Islam-En-101-Citations.jpgEn 101 citations (coran, hadiths, tradition), Hamid Redouane (directeur et professeur de l'institut Asharite d'enseignement en ligne des sciences religieuses islamiques, créé par Abdallah Penot) par ailleurs traducteur de deux savants soufis, précédemment  pour les éditions i, résume et synthétise l'essence de l'Islam en distinguant 5 chapitres : pratique (convenances et soumission), foi, excellence spirituelle et eschatologie. C'est une bonne et érudite entrée en matière pour toute personne désireuse de s'approprier les codes et clés de la dernière Religion révélée. L'auteur y pointe quelques indices d'une attitude et de valeurs contraires à la bienséance communautaire (devenir riche serait une grâce divine par exemple) qu'on espère voir se développer dans un essai à titre d'auteur.
    Il introduit également les deux chapitres extraits des Illuminations de la Mecque d'Ibn Arabi, traduits par Abdallah Penot concernant le jeûne-çawm (Ramadan compris) et l'aumône (Zakat comprise), dans un second opus Les Secrets du jeûne.Ibn-Arabi-Les-Secrets-Du-Jeune.jpg
    En famille (l'école Asharite), l'exercice ici assumé est de présenter une œuvre et un auteur dont la renommée confère à l'universalisme et à l'esprit synthétique, en Islam et avec les autres spiritualités ou religions monothéistes (comme le fit également René Guénon plus modestement au XXe siècle, englobant le Védanta). Si Mohammad est qualifié dans le Coran de sceau des prophètes (le dernier), le shaykh andalou fut (auto ?)désigné comme le sceau de la sainteté. Considérant la lettre (qui selon lui vivifie), il vénérait aussi l'Esprit qui lui "insuffla" une œuvre colossale, explicitant justement les secrets et symboles de la parole divine révélée.
    Sa lecture illumine de connaissance celui qui y aspire, sans toutefois (lui) montrer le chemin de la réalisation.
    Autrement dit, L'écrasement de tête ne confère pas forcément l'humilité nécessaire et inhérente à tout apprenti, disciple ou serviteur d'un plus grand que soi.

    Il vaut mieux pour toi être atteint dans ton corps que dans ton cœur ; un ennemi qui te rapproche de Dieu vaut mieux qu'un ami qui t'en éloigne. (Ibn Mashis)

    Ibn-Ajiba-De-La-Providence.jpgLa récolte de Mars des éditions i concernant la culture musulmane se termine avec un court traité d'Ibn Ajiba, maître soufi du 18eme siècle, traduit par Abd Al-Wadoud Gouraud (représentant de l'Institut des Hautes Études Islamiques et du FORIF). Dans De la Providence - enseignements en temps d'épidémie, le traducteur préfacier et l'auteur ramènent habilement à l'essentiel, Dieu, la Source de toute subsistance (pour qui est croyant), dont le souvenir et l'invocation en Islam ne font qu'accepter toujours plus Sa prédestination (vie, épreuves comme bienfaits et mort) comme unique certitude. Nous concourons tous à une œuvre consciente, bons comme mauvais et l'orgueil constitue le voile (avec son corollaire l'ingratitude) qui nous maintient séparé ou divisé quant à un tout harmonieux. En somme chacun peut nager un temps, avec force, à contre courant d'un flot torrentiel mais personne ne saurait échapper à la destinée de la goutte d'eau de constituer l'océan.

     

  • Transfiguer le monde

    Être vrai, c'est demeurer dans la lumière de la conscience,être attentif et, à chaque instant, être un avec tout ce qui nous arrive, agréable ou désagréable. C'est demeurer dans la lumière de l'amour, c'est laisser le logos prendre corps en nous. (p.225)

     

    leloup.jpgAvec la Philocalie des Pères du désert - initiation à la sobriété de l'âme, paru chez Albin Michel, Jean-Yves Leloup revient à ses premiers amours, la tradition orthodoxe et ses exercices spirituels (souffle, Nom, Présence au cœur, prière, vigilance...) en vue de devenir l'Archétype de la synthèse, synergie Dieu et homme, Christ.
    Douze auteurs incontournables de la Philocalie - ou amour de la beauté - plus deux hésychastes contemporains sont présentés avec extraits de leurs écrits et résonance de l'auteur, ainsi qu'un copieux lexique français-grec.
    La pratique et les conseils prodigués par les pères du désert peuvent paraître désuets pour notre époque mais ils touchent à un savoir faire et un savoir-être bien vivants en orthodoxie, en quelque sorte un christianisme ésotérique que des moines se sont transmis de génération en génération.
    Quelques exemples de sagesse éprouvée : "Au-delà de l'âge de raison, il faut accéder à l'âge d'oraison", à savoir prier sans cesse en essayant de devenir uni à "Cela" qui respire en nous... "la Conscience expie nos péchés/pensées impures" signifie que le calme advient quand la lumière de la Conscience englobe et annihile le petit ego..."Le corps est le temple de l'Esprit et non le tombeau de l'âme" pour qui sait qu'au cœur se tient la Présence de Dieu, du Je Suis et que nous sommes appelés à viser haut en cette vie.
    Le Christ en soi ou l'Esprit Saint sont les promesses et trésors de la Parousie que certains anachorètes ont incarnés au cours des siècles, preuve d'un amour projeté en leur prochain, fut-il ennemi, et présence du Christ en chacun.
    Il s'agit avant tout, conclusion de Jean-Yves Leloup, de porter sur le monde un regard neuf, attentif, beau voire miséricordieux, à l'image de l’œil de Dieu sur nous, non pas lors d'un monde nouveau à la fin des temps mais ici et maintenant, pour sauver le monde.

     

  • 1983, année charnière

    Alice Carré,Margaux Eskenazi,compagnie Nova,1983,Armelle Abibou,Loup Balthazar,Joseph Fourez,Lazare Herson-Macarel,Anissa Kaki,Malek Lamraoui,Christophe Ntakabanyura,Eva Rami,la marche,lutte des classes,français d'origine étrangère,banlieue,touche pas à mon pote,politique néolibérale,variable économique,théâtre de la Comédie,Saint-Etienne,Février 2023

    Avec 1983, présenté à la Comédie de Saint-ÉtienneAlice Carré, l'autrice, s'intéresse à une époque charnière de l'histoire de France et de l'Histoire tout court : l'année de l'inflexion néolibérale et des récupérations politiques des luttes identitaires et sociales (intervention télévisée de J.M. Le Pen, Marche pour l'égalité et contre le racisme, groupe Carte de séjour avec Rachid Taha, déceptions après l'espoir Mitterrandien...).


    Beaucoup de choses à dire pour penser la complexité à partir de nombreux entretiens avec les acteurs de l'époque. La pièce est très référencée, solide dans ses ancrages politico-culturels et socio-économiques et les 8 acteurs virevoltent en enchaînent les rôles, faisant fi des genres et des codes de la représentation. L’œil est sollicité de partout avec aussi quelques scènes en plan large et filmées. Le sérieux du sujet est équilibré par des  effets burlesques et des saynètes musicales ; le rythme et l'intérêt du point de vue chassent l'ennui (2h35 de spectacle trépidant).

    Alice Carré,Margaux Eskenazi,compagnie Nova,1983,Armelle Abibou,Loup Balthazar,Joseph Fourez,Lazare Herson-Macarel,Anissa Kaki,Malek Lamraoui,Christophe Ntakabanyura,Eva Rami,la marche,lutte des classes,français d'origine étrangère,banlieue,touche pas à mon pote,politique néolibérale,variable économique,théâtre de la Comédie,Saint-Etienne,Février 2023

    La compagnie Nova créée en 2016 avec Margot Eskenazi à la mise en scène propose des histoires différentes de celles communément établies avec une vision moderne, fraîche et non stigmatisante de l'actualité. Les luttes de 2023 (sociales et anti-racistes) sonnent comme des échos lointains à 1983, date de leur origine ?


    Alice Carré au micro de Chœur nous livre le fruit de sa réflexion.

    podcast

    Crédit photo : © Loïc Nys . La comédie de Saint-Étienne

  • La reliance concourt au bien

    Coran 31,27 : Dieu a créé tout le genre humain dans un seul homme. La résurrection universelle ne lui coûtera pas davantage. Il entend et observe tout (trad. Savary).

    Entretien 34, Lili (Dialogues avec l'Ange)

    Mais l'HOMME est plus grand que tout corps céleste :
    IL EST LE CORPS DU CIEL.
    Pas seulement partie, mais tout.


    Jocelin Morisson,Romuald Leterrier,Tout est relié,Editions trédaniel,web co,smique,Univers,cerveau,cartographie chamanique,physique,biologie moléculaire,savoir indigène,Avatar,Esprit du Tout,hypothèse Dieu,grand mystère,Février 2023Sur la Terre comme au Ciel, nous sommes en interrelation. Le savoir éveille les sens, le vivre consciemment (expérience dite numineuse) peut changer une vie.
    Le duo Leterrier-Morisson s'est reformé pour la troisième fois, à l'initiative des éditions Trédaniel, pour hypothèses lier entre le savoir ancestral des peuples natifs et les dernières avancées scientifiques, de la biologie moléculaire aux théories de la physique (quantique ou relative) en passant par la philosophie antique et la spiritualité non duelle.
    L'alchimie opère à nouveau entre l'ethnobotaniste jamais à court d'histoires chamaniques (le web végétal, aqueux ou cosmique) et le journaliste synthético-vulgarisateur de théories complexes (les analogies de structure et de dynamique entre le cerveau et l'Univers de Bernado Kastrup notamment ou la thèse de l'eau morphogénique de Marc Henry).
    Résonne en soi l'idée que nous sommes et faisons de façon innée ce qui plus tard est formulé par une (en)quête, comme un témoin prenant conscience de sa nature pleine et vaste, à l'image de l'Univers.
    Nous savons par intuition que tout est connecté mais le mental s'arroge la primeur de la découverte et notre identification nous fait perdre le fil du lien.
    Le mal n'est cependant pas l'ego (sauf s'il est retord s'entend !) puisque son évolution et ses conscientisations viennent corroborer l'imbrication de tous avec le Tout. Plutôt que de chercher à le rapetisser ou le panser à foison, une collaboration s'avère plus judicieuse pour vivre en paix et en pont. Une cohabitation (celle du commun hôte) ou une Co-naissance (au sens de l'enseignement des Dialogues avec l'Ange) entre le Maître (le Connaissant ou l'Être) et l'apprenti en soi (le corps-mental), vice-versa parfois. Le Christ est venu révéler ce Maître intérieur, connecté à la Source mais le christianisme institutionnel a perdu collectivement le sens du message prophétique originel (Religieux ou pas).
    Les é(mer)veillés de tous bords se joignent à nouveau pour hausser le niveau vibratoire et chauffer la question du sens. Nul doute que nous sommes à l'orée d'un saut quantique. Tout est Relié participe (chaque chapitre et une pièce d'un puzzle mystère) à cette symbiose corps-âme-esprit en nourrissant tous les étages.