blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Art

  • Le temps suspendu

     

    tambour.jpgLa maison de la danse de Lyon accueille pour deux représentations, et dans le cadre de son festival "sens dessus dessous", quatre monstres sacrés dans Le Tambour de Soie. A l'initiative de Kaori Ito s'est constitué un quatuor hors pair, une histoire de Yukio Mishima inspirée du théâtre Nô japonais mais qui confère à une universelle émotion.
    Yoshi Oïda presque nonagénaire avait ajusté avec son ami Jean-Claude Carrière le texte en français, relatant une histoire d'amour quasi impossible entre une jeune danseuse et un simple balayeur transi. C'est la culpabilité par rapport à un acte malin (demander de frapper un tambour de soie donc inaudible) qu'exorcisera la danseuse, hantée par le fantôme du vieillard suicidé.
    Sur scène, le multi instrumentiste et créateur de ses instruments Makoto Yabuki insuffle l'esprit traditionnel japonais. Il scande et fait naître le remords de conscience après la violence de la culpabilité.  Kaori Ito mélange le classique et la modernité des mouvements, accompagnée et soutenue par deux maîtres de la vibration.
    C'est l'osmose et l'unité du trio scénique que l'on retient et qui, par le corps, transmettent le vivant, au-delà des mots et à travers les corps.
    Yoshi Oïda s'amuse comme jamais, détaché et heureux d'être, en toute simplicité. Il chorégraphie plus qu'il ne danse des mouvements martiaux (de taï chi), au service d'une Kaori Ito libérée d'un carcan trop académique.
    Le jeu prend tout son sens dans cette pièce où l'envie de transmettre prend le pas sur la performance. Yoshi Oïda, par son esprit enfantin (on peut en dire autant de Makoto Yabuki) amène sans doute une salutaire légèreté a cette histoire et ce sujet grave (on pense à l'idiot de Dostoïevski ou adapté par Kurosawa au cinéma).
    Peut-être la quintessence de l'artiste, lorsqu'il met son génie au service d'une œuvre ou d'un art et s'oublie dans le jeu.

     

  • Une humanité en peine

    "L'évolution de nos gènes et les performances exceptionnelles de notre cerveau nous ont doté de ce pouvoir de créer, en même temps qu'ils nous ont rendus vulnérables aux désordres de l'esprit". (p.46)

     

    raphaël gaillard,un coup de hache dans la tête,éditions grasset,schizophrénie,bipolarité,dépression,art,créativité,troubles mentaux,Février 2022Un coup de hache dans dans la tête, paru chez Grasset, est un essai atypique sur le lien entre créativité et troubles mentaux. Après son titre accrocheur, la rigueur scientifique (études en neurosciences) est de mise pour progresser dans la confirmation d'intuitions pratiques puisque Raphaël Gaillard est psychiatre à Saint-Anne. Également normalien de formation et sensible à la culture, l'ouvrage s'enrichit naturellement de réflexions philosophiques, artistiques ou littéraires puisque le code ADN du créatif partage in fine celui du schizophrène (1% de la population), du bipolaire (2à 3 %) ou du dépressif (1 personne sur cinq potentiellement) et que la mince frontière entre les deux est affaire de représentation du réel. Elle pourra confiner à l'oeuvre d'art chez l'un alors que le dénommé malade saurait se perdre dans les méandres de la pensée. 
    A l'ère de la conscience (collective et transpersonnelle) le cerveau atteint peut-être, selon l'auteur, son paroxysme de fonctionnement mais les réactions différent quant au traitement de l'information augmentée.
    Cette loterie aléatoire ne permet pas, à l'aune de cette sérieuse étude, de stigmatiser les uns ou de les catégoriser, ce qui reviendrait, à rebours, à déprécier l'oeuvre d'un auteur borderline, si l'on étudiait l'histoire de l'art par exemple. D'autant plus qu'une fêlure toute mentale, ce "petit coup de hache dans la tête qu'ont  les grands artistes" (qui est une citation de Diderot), pourrait aussi permettre à l'infortuné patient de court-circuiter la pensée et d'accéder à un autre langage : l'inspiration céleste ou Verbe, voire l'imagination active (les surréalistes ou le courant des mélancoliques en témoigne).
    Profondément empathique, Raphaël Gaillard nous offre une belle leçon d'humanité pour mieux revenir sur nos jugements hâtifs envers le handicap psychique et notre définition de la folie, desquels le chamane a récemment été réhabilité.

     

  • L'Autre e(s)t Tout

    Coup de Chœur Spiritualité

     

    Ton souffle dans mon ventre

    Berce mon corps tout entier

    Comme celui d'un nouveau-né (p.70)

     

    tresca.jpgLes éditions Labor et Fides publient “Vivre l'aube”, de Marie Tresca. Consacrée, c'est lors d'un ermitage, dans le silence, la solitude et la contemplation, que ces 93 notes, poésies (?), koans (?) lui ont été comme révélés.

    Dans un style sobre et simple, magnifiquement mis en espace par l'éditeur, elle dévoile l'intime d'une relation véritablement vécue au tréfonds d'elle-même.

    Cela, cette matière ignée, est une nourriture spirituelle, sourcée. Juste et bon, ce petit recueil dans lequel la beauté Se contemple.

    Pour qui sait tendre l'oreille le témoignage est sidérant. Marie Tresca évoque le double en soi (le Christ pour les Chrétiens) qui est degré de vie, avance l'hypothèse d'un enfantement en souffle et rythme, ose le terme de résurrection dans le sein des fidèles d'Amour.

    Qu'a t'elle à nous dire encore ? Que le silence précède le Verbe, que le vide est plénitude, et que l'invisible (écrit “Un-visible”) est Plan...

    Joie que cette lecture qui passerait presque inaperçue dans la multitude des parutions.

    Révolution et actualisation de l'évangile même puisque cette bonne nouvelle annonce l'éternité ici et maintenant et le ciel sur la terre, soit l'antique promesse à l’œuvre contenue là-dehors et au-dedans de ce livre. Fulgurant !

     

    Je Te devine à mon cœur qui s’emballe

    On dirait que Tu joues du tambourin

    Pour fêter la Vie

    Ou les noces du Ciel et de la terre ? (p.30)

     

  • Spontanément artiste

    Eulalie Csatel, Artiste-peintre, Lignes spontanées, Encre de chine, Sidhuri café, décembre 2021Par un mardi après-midi frisquet, quelques jours avant Noël, nous rencontrons Eulalie Castel, artiste-peintre au Sidhuri café*.  Elle expose ses œuvres à l'encre de Chine dans ce lieu hybride qui propose de déguster sur place du petit déjeuner au goûter l’œil rivé sur l'expo du moment.  Le coin, à découvrir, douillet et tranquille est joliment décoré et la patronne a pensé aux végétariens et végans dans ses menus.

    Les traits fins et subtils, le dessin d'Eulalie Castel semble puiser sa source dans la nature, sa précision et son apparente simplicité évoque aussi l'art japonais. Lignes spontanées, jusqu'au 21 Janvier, n'est pas sa première exposition et il faut se rendre sur son site* pour découvrir ses multiples œuvres sur tout support. L'artiste, qui qualifie son travail "d"abstraction lyrique" réalise également des céramiques, l'une est visible au Sidhuri café.  Difficile de décrire l'art avec des mots, écoutons plutôt la voix d'Eulalie Castel au micro de Chœur.

    podcast

    * Site d'Eulalie Castel

    * Sidhuri café

    Dessin : Eulalie Castel

  • La part du Lyon

    De part son statut spécial et ses immenses possibilités de réalisation spirituelle qui lui sont données à la naissance, l'homme a en quelques sorte le "devoir" d'accomplir en cette vie le Grand Œuvre alchimique, c'est à dire de forger son corps de lumière”.(p.161)


    lyon-et-la-fin-des-temps.pngAvec Lyon et la fin des temps, paru au Mercure Dauphinois, Daniel Robin nous invite à un voyage à travers le temps, l'histoire sainte, l'art et la littérature occulte.
    La ville de Lyon serait en effet marquée d'un sceau divin pour jouer un rôle eschatologique de premier plan en tant que porte ou pont célestiel, à l'image de l'arche d'alliance, disparue en 586 av J.C après la destruction du premier temple de Salomon par l'occupant babylonien.
    L'arche était en effet, d'après l'auteur, une "sorte de machine qui permettait d'établir une communication directe avec la transcendance", le Dieu des Hébreux YHWH s'entend. Or outre le fait que celle-ci aurait pu transiter par Lyon, dans les sous-sols de la ville, une construction antique (4e siècle après J.C), les "arêtes de poisson", ressemble à une antenne-râteau TV souterraine, sans qu'on sache encore son but, si ce n'est que son mimétisme est frappant avec des plans de l'ancien temple de Jérusalem.
    Par ailleurs la cathédrale de Fourvière, haut lieu tellurique, regorge d'allusions angéliques, de l'archange Michel aux tétramorphes, en passant par la symbolique du 8, chiffre entre autre de la résurrection...
    Dans ses confréries et rites initiatiques la ville a enfin toujours été vivifiée par la lignée johannite, qui est "une filiation par l'Esprit qui transmet l'héritage spirituel du christianisme des origines" (p.49), avec Saint Polycarpe (disciple de Jean l'évangéliste, l'aimé de Jésus), Pothin ou Saint Irénée (les deux premiers évêques de Lyon), puis au 13ème siècle les templiers et plus tard la franc-maçonnerie.
    Pour résumer Lyon serait un terreau propice à l'avènement d'êtres éclairés pour accomplir la volonté du Christ jusqu'à son second avènement : histoire, architecture, énergies, situation géographique...tout concoure à favoriser (en certains) un processus alchimique de divinisation, en spiritualisant la matière.
    Le livre pourtant est moins un enseignement spirituel (comment ?) qu'un traité concis de connaissances en vue d'édifier la conscience. Il constitue un complément et ultime chapitre aux chroniques ésotériques de Lyon, série de documentaires en ligne.
    Daniel Robin livre et révèle quelques clés ésotériques réservées jusqu'alors à des initiés. On comprend mieux dès lors les arcanes de la capitale des Gaules, son attirance occulte a travers siècles, sa branche spirite aussi mais l'auteur ne mentionne pas le rayonnement en plein jour de Maître Philippe, le célèbre (un des derniers) thaumaturge chrétien, en tant que signe fort d'un destin honorifique et prestigieux pour la ville lumière.

     

  • Le japon flottant de Catherine

    La jeune fille et la mer, Catherine Meurisse, Dargaud, octobre 2021, Les grands espaces, Oreiller d'herbes, Soseki, Hokusai, Basho, Hayao Miyazaki, Jiro TaniguchiInstallez-vous confortablement, ouvrez grand vos yeux et soyez attentif au détail le plus infime. Voilà, vous êtes prêt à embarquer avec Catherine Meurisse à la découverte du Japon. Après Les grands espaces, où l’autrice nous conte (entre autre) son amour pour la nature et le dessin, La jeune femme et la mer, publié chez Dargaud, pourrait être la suite logique tant l’art et la nature sont entremêlés au pays du soleil levant. Comme elle, nous faisons nos premiers pas dans cet univers lointain, fascinant et « étrangement familier ». La poésie, les couleurs, la communion avec les éléments fait partie intégrante de la vie des japonais. Au fil des pages nous découvrons, comme Catherine Meurisse, le décor, les habitants et les croyances de l’île. Tanuki affable, haïkus prophétiques, visage de « femme des eaux » nous suivent et nous poursuivent dans cette quête de l’esprit du japon. Sans oublier l’humour constant de la caricaturiste.

    «- Si je pouvais renouveler ma banque d’images mentales, par trop occidentale, ce serait formidable. - Vous parlez japonais ? »

    A travers ce surprenant pays, la dessinatrice cherche à percer le mystère de l’esthétique, l’essence de la peinture et la posture de l’artiste. La maîtrise de son sujet se déploie tout au long de l’album par touches subtiles, éléments d’abord délicats, couleurs simples puis tout devient de plus en plus profond et intense. Lorsque le dessin tient sur une page, tel un tableau, on ne peut être qu’ému et transporté dans ce « monde flottant », moment éphémère capté par l’artiste, selon les japonais. Le lecteur pense forcément à Hokusai (1760-1849), peintre le plus connu dans l’archipel. Catherine Meurisse fait en effet référence à La Vague, son tableau le plus célèbre mais aussi à Sosêki (1867-1916) dont elle s’est inspirée pour composer La jeune femme et la mer. Cela donne immédiatement envie de découvrir le roman Oreiller d’herbes écrit par ce poète.

    « - Il est écrit : L’ombre d’un bambou nettoie l’escalier mais la poussière ne bouge pas. - C’est joli. - Oui, c’est joli la poésie. Mais ça ne m’aide pas à faire le ménage dans cette baraque ».

    La nature, personnage central, est aussi complice que dangereuse, tour à tour belle et terrifiante. En effet, pour les habitants, tempête, tsunami et tremblements de terre sont presque banals, la dessinatrice, elle, n’en a jamais vécu. De quoi paniquer au moindre souffle de vent ou à une légère montée de l’eau. Marcher dans ces espaces devient donc épique, le trait et le reflet n’en est que plus grandiose. Sauf lorsque le paysage est remplacé par une dalle de béton censée protéger les côtes. Les peintres japonnais préfèrent alors le sublime à la réalité crue. Cela ne nous empêche pas, en refermant l’album, de chercher le premier billet pour voyager vers le pays de Miyazaki, Bâsho et Taniguchi. Oui, Catherine, on peut l’appeler par son prénom maintenant, a semble-t-il réuni les trois dans sa bande dessinée. Seule question qui nous taraude : Le tanuki va-t’il nous accueillir à notre arrivée pour nous guider dans ces lieux incroyables et foisonnants ?

    À paraître ce vendredi 29 octobre 2021.

    Image: Édition Dargaud