blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

théatre de la renaissance

  • Les plutériens, un spectacle bien vivant !

     

    Les Plutériens est un spectacle à collaborations multiples. Charles Pennequin, auteur-poète lillois a écrit un livret pour l'Arfi (un collectif de musique jazz et improvisée basé sur Lyon) qui souhaitait de longue date jouer un opéra, à son image, déjanté. Spirito, le chœur de chambre professionnel dirigé par Nicole Corti est venu donner de la voix et du féminin (elles sont 8 sur scène) au sein de cet "opéra-space" dont deux solistes-acteurs (Marie Nachury et Antoine Läng) sont les personnages principaux...ainsi que Cantos, la machine qui voulait devenir humaine.

    Les plutériens,Charles Pennequin,Arfi,Spirito,Nicole Corti,Guillaume Bailliart,Marie Nachury,Antoine Läng,Xavier Garcia,Julie Ricassé,Romain Nicolas,Gaspard Gauthier,Martin Barré,Elvire Tapie,Coline Galeazzi,Théatre de la renaissance,Nuits de Fourvière 2019Guillaume Baillard, jeune metteur en scène, a su fédérer, temporiser et faire jouer ces joyeux drilles en apportant des outils scénographiques pour décomplexifier la trame narrative.

    Un projet ambitieux donc, estampillé "Nuits de fourvière" et qui suscita l'engouement de tous les acteurs engagés. Le résultat est assez novateur, parfois dérangeant, presque punk dans l'esprit.

    L'histoire emprunte les codes de la science fiction (avec de savoureuses références aux films du genre) tout en jouant avec pour le coté décalé. De même, la partition musicale s'affranchit, pour le coup, des règles de l'opéra pour proposer une lecture à la fois collective et individuelle (ils sont 11 dont 2 batteurs sur scène du collectif ARFI) de l’œuvre toute en apesanteur.

    Le spectacle est total, sur scène et dans la salle et se joue du temps par la richesse de sa proposition. On peut vite être débordé par le voyage, sans repères et avec les décibels parfois élevés, mais la théâtralité ajoute de l'humour, de la dérision et du recul pour ce projet qui se veut tout sauf élitiste, prétentieux ou je je-m’en-foutiste. Au bout des deux heures, un vaisseau bien sonore, car humain, a traversé le silence de l'espace !

    Choeur a rencontré Nicole Corti, Guillaume Baillard,  et Guillaume Grenard, trompettiste et membre de l'ARFI, à la sortie du spectacle joué au Théâtre de la Renaissance (en partenariat avec les Nuits de Fourvière). Un audio de 10 minutes :

    podcast

     

  • Un Ponce Pilate beau et bon

    ponce_pilate.jpgXavier Marchand (compagnie Lanicolacheur) aime les textes et le Verbe. En lisant Ponce Pilate de Roger Caillois il projette de l'adapter et de le magnifier par hommage et sans doute pour restituer son assentiment à la pensée complexe de l'auteur et du personnage principal de l'intrigue bien connue.

    Ici la scénographie reste simple mais pratique, l’idée de marionnettes incarnées par des acteurs originale et la mise en scène subtile car beaucoup de choses restent suggérées. Yom signe la musique Klezmer qui nous plonge dans l’époque où le conflit fit rage dans la tête d'un procurateur de Judée.

    Une en-quête longue mais passionnante sur la prise de décision d'un personnage publique qui voulait faire œuvre de justesse.

     Entretien avec le metteur en scène Xavier Marchand, à l'issue de la représentation :
    podcast

    Crédit photo : Cie Lanicolacheur

  • "Sept reines" écaille l'identité féminine

    Sept reines – épopée d'un chagrin d'amour,Martinage,collectif le Bleu d'Armand,Nolwenn Le Doth,Anna Pabst,Cyrielle Voguet,Lucie Gautrain,Nicolas Maisse,Thibault Patain,Jérome Tournayre,Daisy Montier,Théatre de la renaissance,Oullin, Novembre 2018"Sept reines - épopée d'un chagrin d'amour, est un trio féminin où les marins sont les enchanteurs et les sirènes les désenchantées". C'est ainsi que le collectif Le Bleu d'Armand, resume la pièce. L'auteure, Martinage, définit son texte, fruit d'un long processus d'écriture d'allers-retours avec les principales protagonistes du drame puisqu'il est question d'un chagrin d'amour presque fataliste pour la dernière reine d'entre les sirènes. Derrière les paillettes, les écailles brillantes et Claude François qui invitent à la fête, on assiste à la déliquescence d'un royaume fantasmé.

    Drame cependant bénéfique puisque propice à une réflexion allégorique sur les attributs empruntés aux sirènes, notamment leurs queues, dans les rapports conditionnés du quotidien, hommes ou femmes confondus.

    C'est donc un quatuor de jeunes femmes qui apporte sa pierre à l'édifice en questionnant l'identité ou plutôt les identités féminines.

    Entretien audio (7min 30) avec Nolwenn Le Doth et Anna Pabst à la sortie de scène :
    podcast

    Crédit photo : le Bleu d'Armand

  • La Cie Inouïe invite au voyage intérieur

    Voyage supersonique,Thierry Balasse,compagnie inouïe,Cécile Maisonhaute,Benoit Meurant,Thomas Leblanc,theatre de la Renaissance,Yi-King,Oullins,Novembre 2018Thierry Balasse est un passionné de musique et un bidouilleur de sons électro-acoustiques. C'est à de véritables expérimentations sensorielles qu'il convie ses spectateurs petits et grands, comme avec ce Voyage superSONique qui nous emmène avec son équipage, et à bord de son vaisseau ultra-technologique, à la découverte de la profondeur des océans et de ses monstres marins jusqu'à celle du cosmos et de son trou noir. Les yeux fermés ou grands ouverts, la magie opère réellement et l’imaginaire perçoit l'univers créé par la Compagnie Inouïe dont «Le vœu n’est pas de divertir mais de faire bouger quelque chose dans l'esprit, dans la façon de voir le monde, de l'entendre et de l'écouter».

    Entre Pink Floyd, Cosmos 1969, l'an dernier et John Cage avec Yi-King le 4 Décembre prochain au Théâtre de la Renaissance, Thierry Balasse et sa compagnie se montrent prolifiques et larges d'esprit.


    podcast

    Photo: Théâtre de la Renaissance

  • Un Stabat Mater incarné

     

     Stabat Mater,Giovanni Battista PergolesiCaroline Mutel,David Bobée,Sébastien d'Hérin,Bobie M’foumou,Salvatore Cappello, Aurore Ugolin,Thibault Noally,Anaëlle Blanc-verdin,Gabriel Ferry,François Costa,Laurent Gaspar,Rémy Petit,David Van Bouwel,les nouveaux caractères,Projet ADOMA,Théatre de la Renaissance,Oullins 2018Entretien avec Caroline Mutel et David Bobée, les co-metteurs en scène d’un Stabat Mater imagé par les corps en souffrance d’un migrant (le danseur congolais Bobie M’foumou) ou d'un acrobate (le circassien italien Salvatore Cappello).

    Le spectacle est un présent actualisé qui amène chacun à apporter de l'attention à ce qui se joue sur et en dehors de la scène.

    Les matrices sont touchées par tant de violence perpétrée envers des corps saints ou innocents et la profondeur du chant (Caroline Mutel : soprano et Aurore Ugolin : mezzo-soprano) couplée à l’exécution parfaite et minimaliste des musiciens (dirigés d'un même souffle par Sébastien d'Hérin des "nouveaux caractères") amène une communion immédiate du public .stabat mater,giovanni battista pergolesicaroline mutel,david bobée,sébastien d'hérin,bobie m’foumou,salvatore cappello,aurore ugolin,thibault noally,anaëlle blanc-verdin,gabriel ferry,françois costa,laurent gaspar,rémy petit,david van bouwel,les nouveaux caractères,projet adoma,théatre de la renaissance,oullins 2018

    Ce Stabat Mater est également une « histoire de famille » issue de rencontres évidentes et passionnelles entre acteurs du drame à la fois baroque et contemporain, expurgé certes de son aspect religieux mais relié et par conséquent fidèle à une certaine unité.


    podcast

    Crédit Photo : Arnaud Bertereaux

     

  • Un ténèbreux Dom Juan, si loin si proche

    Anne Coutureau,Dom Juan,Théatre de la renaissance,Florent Guyon,Tigran Mekhitarian,Aurélia Poirier,Sandrine Salyères,Chloé Astor,Dominique Boissel,Birane Ba,Johann Dionnet,Pascal Guignard-Cordelier,Kevin Rouxel,Compagnie Théatre Vivant, Oullins 2018Choeur a rencontré Anne Coutureau pour la dernière de Dom Juan, au Théatre de la Renaissance à Oullins.

    Cette grande aventure de cinq années a été portée par un questionnement métaphysique sur l'essence même du personnage principal, auquel la metteuse en scène laissera aux publics rencontrés le soin de répondre.

    Un Dom juan entre ombres et lumières, mysticisme et matérialisme mais résolument contemporain dans son approche puisque le personnage reste un archétype présent en chacun de nous, si l'on n'y prend pas garde...

     
    podcast

    Crédit Photo : Compagnie Théatre vivant

  • Une trop bruyante solitude où les livres reprennent vie

    Trop bruyante.jpgUne trop bruyante solitude est le livre signature du tchèque Bohumil Hrabal, qui aura été un parfait témoin du siècle passé et de ses politiques de censure.

    Il est ici question de livres, autant d'armes face à un régime abêtissant, pour se sauver soi-même et rayonner.

    Mis en scène par Laurent Fréchuret et incarné par Thierry Gibault, cette pièce se joue jusqu'à samedi à 20h au Théâtre de la Renaissance à Oullins.

    Les deux amis, qui jubilent à l'idée de présenter ce livre et cet auteur emblématique à de nouveaux publics, sont au micro de Chœur.


    podcast