blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voyage

  • Carto(o)n patte

    Les gros patinent bien-cabaret de carton,Olivier Martin-Salvan,Pierre Guillois,Charlotte Rodière,Max Potiron,Émilie Poitaux,compagnie le fils du grand réseau,tragicomédie,théâtre de la Comédie de Saint-Etienne,Janvier 2023À La Comédie de Saint-Étienne, Olivier Martin-Salvain et Pierre Guillois s'en donnent à cœur joie avec Les gros patinent bien, cabaret de carton, qu'ils ont co-créés de presque rien, des cartons glanés dans la rue. Imagination débordante, esprit burlesque et joie de l'enfant sont au rendez-vous.

    Molière du théâtre public 2022 avec plus de 300 représentations déjà (une autre équipe joue à Paris au théâtre Tristan Bernard), le rire fuse du jeu débridé des deux compères. Olivier, la bonhomie bien campée sur sa chaise, assène un gromlo hystérico-cantatoire et Pierre, l'athlète de fond vêtu d'un simple slip, se démène derrière lui comme un beau diable, pour animer le décor et les éléments de la tragicomédie.

    Comme une BD vivante, avec son comique de répétition, le show déborde d'énergie et atteint des moments de grâce, salués par le public, sur des trésors d'ingéniosité. L'histoire, loufoque et absurde - un globe-trotter boomer s'amourachant d'une sirène (ou presque) qui le suivra tout le long de son périple - importe moins que le génie créatif qui, en passant, délivre quelques messages actuels.

    Clownesque à souhait, le duo complémentaire et indissociable s'autorise des digressions bienvenues qui révèlent tout haut ce que le public pense tout bas, amenant un rire cathartique. En foule, les spectateurs sont séduits, reconnaissants envers ce don de soi jubilatoire.

    Entretien avec Olivier Martin-Salvan et Pierre Guillois suite à la dernière représentation à Saint Étienne (9.39 et 4.45 minutes) : 

    podcast

    podcast

    Image : pierreguillois.fr (Compagnie Le fils du grand réseau)

  • Un livre musical

    "J'ai le flow assumé car mon flow est sacré, il m'a été donné par les trois initiés, on ne peut pas me le voler, approche tu disparais, je ne suis pas ton rappeur préféré.
    Je ne suis même pas rappeur, que la continuité du flow énergétique que l'univers m'a donné".  (vrai père)

    Rockin Squat,PP+,Livin Astro,futur,EP,Eric Volt,K-Oni,N-Ox,Weezar,Doc Gyneco,Robin Péret,travail sur soi,voie toltèque,Janvier 2023Rockin Squat nous projette avec PP+ (Addendum  à Prison Planet, chez Livin Astro) dans un futur désirable (superbe pochette de Sacha Arethura), dans ce monde nouveau que le Brésil lui permet de rêver (nature, médecine, influx spirituel).
    Par besoin de ressource et de second souffle, il y a trouvé l'équilibre pour devenir père et renouer avec la valeur de l'être.
    Artiste universel, son point de vue sur l'occident et la France reste précieux pour son détachement et sa vision décalée.
    Malgré ses paradoxes (promotion par les réseaux décriés, rejet de l'Occident où se situe pourtant son public, ton professoral versus éternel apprenti, sentiment d'omniscience parfois pour qui pourfend l'idolâtrie), il dépeint avec justesse la prédominance du paraître, le règne du chiffre et de l'argent roi, l'influence numérique, les valeurs inculquées contraires a l'esprit solidaire et au respect de l’altérité...symboles d'un Occident décadent ou malade et signes de la fin d'un monde.
    Ce troisième album en trois ans apparaît proche de la vision déjà développée dans 432Hz mais sonne plus léger et lumineux que PP, émotionnellement trop proche de l'épisode COVID. Les prods stratosphériques (électro, afro ou mélancoliques) de N-oX (Koh-Lanta), K.Oni (error 520, zee-town, sous coté), Eric Volt (Pixel, vrai père) ou Weezar (magnitude absolue) dépeignent cet univers spatial, mélange de spleen et d'espoir, de force et de failles, qui entrevoit la stature des derniers hommes vivants et reliés, debout sur les décombres fumants de la Bête (l'abêtissement généralisé ?).
    Malgré la machine qui broie les personnes et synthétise les voix, l'alliance humaine perdure (les feat avec l'ancien Gynéco pour Retweet et le jeune Robin Péret pour monde meilleur) et nous livre le meilleur : des cœurs à l'uni-son, des individus épars avec une même vision du monde et de l'à venir.
    Plus que jamais cohérent dans son parcours, prônant le fond et montrant sa forme, le poète aguerri arrive à se renouveler et surprendre encore. Sa voie chamanique met le cœur et l'intellect au diapason et donne force aux autres chercheurs de vérité intérieure.

    "Être un pion, un mouton ou être un pont...qui crée des liens pour un monde meilleur...énergie pure dans mon enveloppe charnelle, je suis un élève de l'archange Gabriel" (monde meilleur).

  • Le feu artistique

    le printemps des révoltés,théâtre des clochards célestes,sabrine ben njima,compagnie a la source,jules benveniste,eva blanchard,julien lopez,adrien zumthor,grégoire vauquois,lisalou eyssautier,margot ardouin,décembre 2022.

    La culture et le théâtre en particulier sont des biens vitaux, n'en déplaise aux pouvoirs en place qui se soucient plus des corps que de l'âme. La dimension politique et révolutionnaire qu'apportent les artistes ou les écrivains nourrit l'imaginaire plus qu'un écran digital, contrairement à ce que la modernité prescrit.
    Dans Le Printemps des révoltés joué au Théâtre des Clochards Célestes, la cheffe d’œuvre Sabrine Ben Njima, Cie A la source, s'entoure de 4 comédiens complémentaires (Jules Benveniste, Eva Blanchard, Julien Lopez  et Adrien Zumthor) et avec une forte présence pour proposer une réflexion collective et un engagement scénique sur le thème des révoltes récentes, en France ou à l'étranger.
    Intégrant un matériau littéraire et des témoignages vidéos, la pièce nous fait voyager dans l'espace et le temps et tente de capter l'aspiration du changement plutôt propre à la jeunesse, malgré la lourdeur des institutions. Les tempéraments et histoires personnelles tempèrent les ardeurs mais l'engouement est total derrière une porteuse de projet habitée.

    Entretien de Sabrine Ben Njima et Jules Benveniste, les deux auteurs et co-metteurs en scène:

    podcast
    podcast

    L'objectif de la compagnie A la source, crée par Sabrine Ben Njima,  est aussi de mener des actions culturelles à destination du jeune public. Le Printemps des révoltés a ainsi donné lieu à de nombreuses représentations scolaires.

    Image : Théâtre des Clochards Célestes

  • Un voyage en-chanté

    RUNA©Daphne-Bengoa_004-scaled.jpg

    Runa, dans sa genèse et version définitive est une histoire d'amitié, un voyage dans l'imaginaire et l’altérité culturelle.
    Le théâtre de Dorian Rossel et Delphine Lanza propose une totale immersion des sens et se révèle une ode à l'inventivité et au vivant, à la danse et au clown.
    Sensibilité également à l'instant, à une observation poétique et comico-décalée du monde et des êtres, pour rester dans l'émerveillement de l'enfant et garder un regard neuf sur les évènements de la vie.
    Une pièce que les enfants de tout âge écoutent et savourent entre rire et joie, avec des valeurs universelles qu'ils chérissent en leur cœur.

    Rencontre avec Dorian Rossel au Théâtre de la Renaissance (11 minutes) :

    podcast

     

  • Immobile voyage

       Mon voyage à moi, Akiko Miyakoshi, Nadia Porcar, Syros, album, novembre 2022Partir à l’aventure, qui n’en n’a pas rêvé ? C’est ce qu’imagine chaque nuit le héros de Mon voyage à moi, raconté et dessiné par Akiko Miyakoshi aux éditons Syros (traduction : Nadia Porcar). D’ailleurs, le petit raton laveur est plutôt quelqu’un d’ordinaire qui accueille des animaux du monde entier dans son petit hôtel et écoute les mille histoires qu’ils vivent à l’autre bout de la planète. On se doute qu’il est un peu envieux et attend son tour. C’est un peu la même chose quand nous sommes petits et rêvons de devenir adulte pour enfin faire ce qu’on veut. Notre personnage est déjà grand mais n’ose pas encore prendre son envol, jamais simple de se lancer dans l’inconnu n’est-ce pas ?

    C’est pourquoi l’hôtelier attend que ses clients soient bien installés pour se mettre au lit et laisser voguer son imaginaire comme pour mieux se préparer au grand chamboulement. Après tout, rêver en couleurs au lointain, blotti sous sa couette, nous permet de ressentir, de vibrer d’une autre manière, presque plus poétique. Akiko Miyakoshi l’a bien compris. La dessinatrice utilise le noir et blanc pour la journée et de magnifiques jaunes, orangés, parfois rougeâtres, parfois bleutés pour les nuits agitées du raton laveur. Le pelage des animaux, la douceur ou la rugosité de leurs traits est parfaitement imitée grâce aux crayons utilisés par l’autrice. Les lecteurs ou lectrices ne peuvent s’empêcher de caresser les oreilles d’un lapin ou le museau de l’hôtelier en tournant les pages. Tout comme le vent semble fouetter le visage et l’odeur du café nous chatouiller les narines depuis la salle à manger commune.

    En refermant cet album, nous reste la douceur des personnages et du récit, l’émerveillement du voyage visuel et littéraire et l’envie, pour nous aussi, d’ouvrir la porte d’entrée puis de s’en aller découvrir la vie des autres, ailleurs. En attendant, notre héros reçoit des tas d’inconnus chez lui et c’est déjà une fabuleuse expérience.

    À partir de 5 ans

     

    Image: Syros

  • L'Aide céleste

    "Un récit initiatique ne dit pas comment aller mieux ici-bas, mais comment devenir vivant, c'est à dire re-né, ressuscité". (p.16)

    "Dans ce voyage merveilleux, l'Ange est le guide intérieur de l'Âme en quête de Sagesse éternelle". (p.123)

     

    kelen.jpgJacqueline Kelen nous offre avec Le temps de la bonté - Le livre de Tobit, paru aux éditions du Cerf le fruit de ses méditations sur la fable et ses propres manducations spirituelles.
    D'un seul généreux souffle, elle déroule l'histoire des Tobit(e) père et fils (de l'hébreu Tov-bon), de leurs quêtes initiatiques respectives et de la grâce de Dieu à leur égard par l'entremise de l'archange Raphaël voyageant incognito (Azarias).
    Ce dernier accompagne Tobie fils pour recouvrer un trésor d'épargne du père mais aussi et surtout pour le marier à Sarra, son âme sœur destinée, en la guérissant d'une malédiction. Ce sont le foie et le cœur d'un poisson (une préfiguration du Corps du Christ ?) qui éloigneront Asmodée, un mauvais démon de Sarra ; et son fiel qui redonnera vue à son père aveugle.
    Cette édification spirituelle écrite au 3eme siècle avant J.C présente vraisemblablement des racines perses et zoroastriennes avant inclusion dans le canon biblique.
    Bien nous fait Jacqueline Kelen d'avoir repris cet épisode énigmatique et  salutaire, agrémenté de citations réconfortantes puisées dans l'ancien testament.
    Sa saine réflexion nous amène comme toujours à une profondeur de vue, un changement de focale, une nouvelle vision des évènements. La bonté et l'Amour de Dieu abondent ici plus que sa vindicte et récompensent la fidélité, la foi et l'espérance de ses adorateurs, comprenne qui voudra.
    Le choix judicieux de cette aventure positive pour tous permet à l'autrice une digression finale sur la Jérusalem céleste et ses justes remparts comme autant de cœurs vivants.
    Une manne spirituelle qui  fortifie l'âme et vivifie le cœur, par temps trouble.

     

  • La porte étroite

    "D'un point de vue yogique, une propriété vraiment précieuse de ces plantes psychédéliques est qu'elles fournissent un moyen relativement facile d'expérimenter l'état de non-dualité décrit par plusieurs traditions, telles que l'hindouisme, le bouddhisme, le taoïsme, le soufisme, qui offrirait à l'homme de réaliser sa vraie nature par la compréhension intime qu'il ne fait qu'un avec tout".(p.194)

     

    schillinger.jpgStephan Schillinger propose dans la sagesse interdite paru chez Vega-Tredaniel, une vision sublimée de la nature et des plantes enthéogenes, qui "procurent une expérience spirituelle". Associées à une démarche spirituelle, il scrute les traces de ces dernières dans les textes ou rites sacrés (Bible, rituels soufis ou bouddhistes, Védas) pour valider des visions prophétiques (le buisson ardent, le char d'Ezékiel) ou des actes nimbés de mystère comme la cène, la crucifixion ou l'ascension nocturne de Mahomet. Le secret bien gardé étant une conscience cosmique atteignable de son vivant par dissolution de la structure égotique et ingestion d'enthéogene. C'est ce qu'il semble avoir vécu au bout de trois années d'initiation chamanique avec le peuple shipibo en Amazonie et la décoction ayahuasca (en sus de vingt années de quête spirituelle).
    De fait, tout en rejetant les dogmes religieux et leur "désir de contrôle",  il se rapproche de la philosophie bouddhiste en valorisant l'état de samadhi (état de conscience universelle) ou Éveil spirituel.
    En associant Jésus ou les prophètes à des "psychonautes", Stephan Schillinger escamote cependant  la richesse de la tradition et foi chrétienne : un verbe fait chair, une co-naissance, un double numineux, un Amour inconditionnel, une conscience connectée à la Source.
    Par ailleurs s'il suffit parfois d'une seule prise de psychédélique pour transformer à jamais notre vision du monde (notamment la peur de la mort ou l'évanescence de la structure égotique), elle peut aussi créditer comme véridiques après coup, des paroles inspirées ou révélées de textes sacrés. La substance psychoactive se révèle donc un outil parmi d'autres (méditation, arts martiaux, lectio divina, marche...) pour approcher le mystère du Vivant.
    L'information expresse que délivre l'enthéogene, liée à la fascination de voir ne doit pas gommer, à notre sens, le long et solitaire travail de maturation personnelle pour germer, croître et livrer un fruit digeste. Trouver le fameux Centre en soi comme prélude au rayonnement ?
    La sagesse interdite reste un livre bien écrit, intelligent dans sa structure et son propos, avec une enquête passionnante, probante et préfacée logiquement par Olivier Chambon mais qui se trompe parfois de cible ou de co-naissance à la nature véritable de l'esprit.