blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jeunesse

  • L'âme du Phénix

    Coup de Chœur 2022

    Célia Flaux, Porcelâme, Tome 2 Le chant du Phénix, Tome 1 La voie du Kirin, Bayard, Florent Grattery, fantasy japonaise, Lian Hearn, Le clan des otori, décembre 2022. « Chaque clan doit allégeance à l’Empereur. L’empereur doit assistance à chaque clan. L’empereur est garant de la paix »

    Vous êtes plutôt Dragon, Tigre, Tortue, Phénix ou Kirin ? Long temps d’hésitation ? Vous n’avez pas encore découvert l’univers de Porcelâme de Célia Flaux aux éditions Bayard. Ici ce n’est pas le « choixpeau magique » qui détermine si vous êtes plutôt Griffondor, Serdaigle, Poufsouffle ou Serpentard. Cela dépend un peu de votre lieu de naissance et de vos gènes … à moins que l’animal sacré d’un des cinq clans ne se manifeste devant vos yeux. Et là votre destin peut basculer en un clin d’œil. Ajoutez à cela une petite statuette, de matière magique, qui vous suit partout et représente vos états d’âmes profonds. Terminez par un grand empire au bord de l’implosion, avec cinq clans qui s’attirent et se déchirent, des enfants royaux qu’on veut utiliser et des samouraïs, fidèles ou indépendants, lâches ou dangereux. On pense d’abord au Clan des Otori de Lian Hearn mais l’histoire nous absorbe très vite. Après avoir dévoré le tome 1 La voie du Kirin où l’on suit l‘évolution de la jeune et robuste guide des montagnes Tomoe et du rōnin Kiyoshi, discret et puissant ; on se délecte du second opus : Porcelâme, Le chant du Phénix. (Penchez-vous d’abord sur le 1er volume avant de lire ce qui suit)

    « Le traité fondateur est écrit sur un rouleau en porcelâme appelé l’âme de l'Empire, qui représente les cinq animaux sacrés ».

    Cette fois-ci, les lecteurs suivent moins les battements de cœur de Tomoe, bien qu’elle reste une des protagonistes de l’histoire. Désormais, nous nous penchons sur le cas de son amie Aïko. Les montagnes sacrées du Kirin n’ayant plus de secrets pour nous, partons à la découverte du clan du Phénix, peu évoqué dans le précédent tome. La jeune miko, longtemps restée auprès de la Grande Prêtresse, ne connaît pratiquement rien du clan du Phénix et de son animal sacré. Elle aura bien besoin de Tomoe, Kiyoshi et du jeune prêtre Chihiro pour s’acclimater à ces terres hostiles. D’autant plus que les intrigues politiques mettant en jeu l’harmonie des différents clans se précisent et se compliquent. L’empereur (clan du dragon) est-il complice de la régente du clan du Phénix ? Peut-on faire confiance à la nouvelle gouverneuse du Tigre et pourquoi le porte-parole de la Tortue ne prend jamais parti ?

    « Le Phénix, dieu du Sud et du Feu, recherche l’art et le savoir. Il s’incarne dans une seule personne, choisie selon des critères mystérieux ».

    Les complots apportent du rythme et du suspens au récit. Néanmoins, c’est la richesse et la complexité des personnages qui accrochent les lecteurs. Ainsi on partage les sensations, la palette d’émotions mais aussi les nouveaux liens que traversent Aïko au fil de l’histoire. Comme elle, nous suivons les légendes de l’empire, nous nous imprégnions de l’atmosphère propre à chaque clan puis de la magie et la poésie qui irriguent Porcelâme à chaque instant. La nature et l’art sont également présents dans la trilogie de Célia Flaux et il nous tarde de savoir quel territoire nous allons découvrir dans le dernier tome. Concluons cette chronique en saluant le beau travail d’illustration de Florent Grattery qui accompagne les romans. Le chant du Phénix est sorti fin octobre mais c’est toujours plaisant de finir l’année 2022 en décernant un brûlant coup de Chœur ! (À lire dès 12 ans)

    Image: Bayard

  • Vive l'ennui !

    gaël faye, L’ennui des après-midi sans fin, Hippolyte, éditions Les arènes, Pili pili sur un croissant au beurre, album jeunesse, Bujumbura, Burundi, décembre 2022Les arts se répondent : de la musique à l’écrit, du récit au cinéma … C’est maintenant le 9ème art que Gaël Faye touche du doigt avec sa chanson L’ennui des après-midi sans fin illustré par le dessinateur Hippolyte. Le résultat : un album (pas musical, quoi que) publié aux éditions Les arènes. Son texte, paru sur son premier album (de chanson cette fois) Pili pili sur un croissant au beurre, déjà bien imagé, trouve ici toute sa place. Hippolyte y déploie plantes, oiseaux, objets à profusion ; une copie imaginaire de la maison d’enfance du rappeur.

    « Des oiseaux dans la volière, le kasuku fait du boucan. Si le frigo ne bourdonne guère c’est qu’il y a coupure de courant »

    Le vert du jardin, des herbes, de la forêt luxuriante envahit tout et nous envoûte. Au milieu de l’album, au mitant de la chanson et à la lisière entre un chez soi et un dehors, trône un arbre aux racines puis feuilles innombrables. Belle métaphore de l’imaginaire de Gaël Faye s’imprégnant du monde en gardant un abri, une attache à la terre ferme. Reflet sans doute aussi des voyages d’Hippolyte qui a parcouru l’Afrique et transporte la démesure de la nature dans ses splendides illustrations.

    « Torpeur d’après-midi sous un ciel bleu paradis. Parade levée dans le taillis, 14 juillet chez les fourmis »

    On y rencontre le petit Gaël, s’ennuyant et réinventant l’espace de jeu, prélude à la création artistique. Hippolyte y a sans doute puisé dans sa propre jeunesse pour retranscrire avec éclat, douceur et nostalgie cette part d’infini dans la lente procession des fourmis ! En fin d’ouvrage, le chanteur se confie un peu plus sur sa vie d’enfant à Bujumbura au Burundi. Un album à lire, à voir, à écouter (QR code quand tu nous tiens) et à rêver pour chaque âge de la vie. Vive l’ennui!

    * Premier album de Gaël Faye sorti en 2014.

    Image : Les arènes

    Retrouvez ici nos chroniques sur les concerts de Gaël Faye :  UN et DEUX

  • Joy Alegria Ňaxaliye

    Comment tu dis ?, un grand livre en 12 langue, Syros, Dulala, julie escoriza, multilinguisme, anglais, arabe, chinois, espagnol, grec, italien, roumain, russe, soninké, tamoul, turc, hébreu, portugais, ukrainien, allemandAn wuji jamu ? Bunã ziua, Buongiorno, toutes les façons de dire bonjour dans Comment tu dis ? Un grand livre en 12 langues publié par Syros et Dulala*. Ce grand album, taille très haute, est illustré par Julie Escoriza. Au fil des pages, les enfants pourront découvrir des mots en anglais, arabe, chinois, espagnol, grec, italien, roumain, russe, soninké, tamoul et turc. Les plus connecté.es (grâce à un QR code) pourront entendre également l’hébreu, le portugais, l’ukrainien et l’allemand. Libre à chacun.e d’ajouter une ou plusieurs langues qu’il/elle connaît. Une manière ludique et encourageante d’aller à la rencontre d’autres cultures mais aussi de s’intéresser à la langue maternelle de son voisin ou de sa camarade d’école. Venir d’ailleurs et parler un autre langage à la maison n’est ici pas un handicap mais plutôt un avantage. C’est toujours amusant d’apprendre à sa professeure ou son maître des mots qui leur sont inconnus.

    Parallèlement, l’enfant et l’adulte découvrent un nouvel alphabet, une graphie surprenante, des symboles poétiques. On peut donc s’amuser à mémoriser les caractères chinois, suivre les lettres arabes de droite à gauche ou encore reproduire les étonnantes arabesques tamoules. Les illustrations de Julie Escoriza qui accompagnent chaque thème, de la famille au monde, en passant par les émotions, la santé ou l’école permettent de s’immerger dans le livre et d’inventer l’histoire des personnages aux bouilles attachantes. En fin d’ouvrage, les éditeurs proposent des idées de jeux pour utiliser l’album multilingue sous toutes ses coutures ou cultures !

    "Astãzi je ne vais pas comer avec mes amici de okul à la kavtiva. Je suis happy car ma бабуся m’emmène au siniimanka".

    À vous de retrouver la traduction des mots dans le livre. Et pour apprendre à les prononcer de la bonne manière, il suffit de se rendre sur le site internet lexilala.org ou en flashant le QR code.

     

    * Dulala, d’une langue à l’autre : association qui œuvre pour que le multilinguisme soit vécu comme une chance pour tous et toutes. Elle est agréée par le ministère de l’Éducation Nationale.

    Image: Syros

  • La lune de Kyoto

     Love under the blue Moon,  Mii Hirose, Delcourt, roman ado, kyoto"Le bleu du ciel se mêlait à celui du bassin et ainsi, l’ensemble du paysage semblait avoir été peint d’une seule et même couleur".

    Allons contempler la lune bleue, un phénomène très rare, grâce à Love under the blue Moon aux éditions Delcourt. C’est un soir comme celui-ci que Keiichi rencontre Saki. L’adolescent est en vacances chez sa grand-mère et décide de parcourir les rues de Kyoto qu’il connaît mal. Malgré lui, ses pas le guident vers une forêt puis un étang où se reflète une lune un peu spéciale. Mii Hirose a écrit une histoire romantique empreinte de fantastique, qui se distingue des idylles habituelles pour adolescent.es. On y retrouve également la poésie et l’ambiance si singulière et touchante de la société japonaise.

    "Sur la devanture s’étalait une bannière jaune indiquant « Les croquettes au bœuf, spécialité d’Arashiyama » et une douce odeur familière, caractéristique de cette denrée, flottait dans l’air".

    Tout au long du livre, le récit oscille entre découverte du sentiment amoureux, nostalgie et attachement/détachement du cocon familial. De même, des sensations contradictoires nourrissent le lecteur : partage des émotions des personnages, gêne de l’aspect « midinette » de certaines scènes voir une pointe de sexisme « Quel genre d’homme était capable de rester de marbre face à la détresse d’une jeune fille ?», fascination pour le décor (la ville de Kyoto, l’architecture, les boutiques, les spécialités et la nature environnante). Au final, c’est l’univers onirique et de science-fiction qui happe jusqu’à la dernière phrase.

    "Saki m’observait avec insistance et mon champ de vision fut rempli par son visage. Ses immenses pupilles brunes ressemblaient à celles d’un chat et son sourire était fragile".

    Mii Hirose évoque les mangas qu’affectionnent les protagonistes. Effectivement cette histoire pourrait être totalement retranscrite par l’image tant la description de l’environnement est minutieuse et souligne admirablement le propos. Le passage du temps : la ville qui évolue, la grand-mère qui perd la mémoire ou l’adolescent qui perçoit les changement de ses camarades ; est énoncé par petites touches qui apparaissent soudain comme essentielles à la fin du récit.

    Image: Delcourt

  • Un voyage en-chanté

    RUNA©Daphne-Bengoa_004-scaled.jpg

    Runa, dans sa genèse et version définitive est une histoire d'amitié, un voyage dans l'imaginaire et l’altérité culturelle.
    Le théâtre de Dorian Rossel et Delphine Lanza propose une totale immersion des sens et se révèle une ode à l'inventivité et au vivant, à la danse et au clown.
    Sensibilité également à l'instant, à une observation poétique et comico-décalée du monde et des êtres, pour rester dans l'émerveillement de l'enfant et garder un regard neuf sur les évènements de la vie.
    Une pièce que les enfants de tout âge écoutent et savourent entre rire et joie, avec des valeurs universelles qu'ils chérissent en leur cœur.

    Rencontre avec Dorian Rossel au Théâtre de la Renaissance (11 minutes) :

    podcast

     

  • La voie de Najda

    Midi nous le dira,Joséphine Chaffin,Clement Carabédian,compagnie superlune,théâtre de la Renaissance,Juliette Gharbi,Anna Cordonnier,Bastien Guiraudou,Julie-Lola Lanteri,Théo Rodriguez-Noury,Mathilde Domarie,Mathilde Monier,Aurore Santoni,football féminin,rêve,passion,transgénération,Oullins,Novembre 2022Dans Midi nous le dira, programmé au Théâtre de la Renaissance d'Oullins, Najda veut être footballeuse professionnelle. C'est son rêve depuis toujours malgré les déterminismes de genre ou les peurs liées au corps des femmes. Néanmoins sa branche féminine transgénérationnelle l'encourage à aller au bout de sa passion et à se réaliser malgré les poncifs.
    Pendant une heure l'actrice athlète du verbe et physiquement affûtée,  Juliette Gharbi clame son envie en enregistrant une capsule temporelle pour son moi futur.
    Le texte de Joséphine Chaffin convoque les styles, les temps, les lexiques et, scandé dans une forme de transe (avec l'excellent et hypnotique accompagnement sonore d'Anna Cordonnier sur scène), parvient à saisir l'instant, le présent de tous les possibles.
    Avec Clément Carabédian, l'autrice propose une mise en scène minimaliste mais sonore qui sollicite l'imaginaire des sens, vision et ressenti.
    Plus qu'un manifeste féministe, un destin porté de vives voix et donc conscientisé.
    Entretien avec Joséphine Chaffin (Compagnie Superlune) à l'issue de la représentation du 25.11.22:


    podcast

    Midi nous le dira se joue mardi 29 et mercredi 30 novembre à l'espace St Marc à Lyon.

    Image: Compagnie Superlune

  • Immobile voyage

       Mon voyage à moi, Akiko Miyakoshi, Nadia Porcar, Syros, album, novembre 2022Partir à l’aventure, qui n’en n’a pas rêvé ? C’est ce qu’imagine chaque nuit le héros de Mon voyage à moi, raconté et dessiné par Akiko Miyakoshi aux éditons Syros (traduction : Nadia Porcar). D’ailleurs, le petit raton laveur est plutôt quelqu’un d’ordinaire qui accueille des animaux du monde entier dans son petit hôtel et écoute les mille histoires qu’ils vivent à l’autre bout de la planète. On se doute qu’il est un peu envieux et attend son tour. C’est un peu la même chose quand nous sommes petits et rêvons de devenir adulte pour enfin faire ce qu’on veut. Notre personnage est déjà grand mais n’ose pas encore prendre son envol, jamais simple de se lancer dans l’inconnu n’est-ce pas ?

    C’est pourquoi l’hôtelier attend que ses clients soient bien installés pour se mettre au lit et laisser voguer son imaginaire comme pour mieux se préparer au grand chamboulement. Après tout, rêver en couleurs au lointain, blotti sous sa couette, nous permet de ressentir, de vibrer d’une autre manière, presque plus poétique. Akiko Miyakoshi l’a bien compris. La dessinatrice utilise le noir et blanc pour la journée et de magnifiques jaunes, orangés, parfois rougeâtres, parfois bleutés pour les nuits agitées du raton laveur. Le pelage des animaux, la douceur ou la rugosité de leurs traits est parfaitement imitée grâce aux crayons utilisés par l’autrice. Les lecteurs ou lectrices ne peuvent s’empêcher de caresser les oreilles d’un lapin ou le museau de l’hôtelier en tournant les pages. Tout comme le vent semble fouetter le visage et l’odeur du café nous chatouiller les narines depuis la salle à manger commune.

    En refermant cet album, nous reste la douceur des personnages et du récit, l’émerveillement du voyage visuel et littéraire et l’envie, pour nous aussi, d’ouvrir la porte d’entrée puis de s’en aller découvrir la vie des autres, ailleurs. En attendant, notre héros reçoit des tas d’inconnus chez lui et c’est déjà une fabuleuse expérience.

    À partir de 5 ans

     

    Image: Syros