blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avec Folia, le Hip Hop transcende l'espace-temps

Folia, Mourad Merzouki, Franck-Emmanuel Comte, Le concert de l'Hostel Dieu, Grégoire Durrande, Nedeleg Bardouil, Salena Baudoux, Kader Belmoktar, David Bernardo, Marion Blanchot, Sarah Bouyahyaoui, Melissa Cirillo, Sabri Colin, Joseph Gebrael, Sofiane Felouki, Pauline Journe, Mélanie Lomoff, Nassim Moadi, Anthony Mezence, Manon Payet, Kevin Pilette, Yui Sugano, David Bruley, Reynier Guerrero, Nicolas Janot, Nicolas Muzi, Heather Newhouse, Florian Verhaegen, Aude Walker-Viry, 73ème nuits de Fourvière, Lyon 2018.Le public lyonnais a consacré hier, samedi, Mourad Merzouki, l' enfant du pays, par des applaudissements chaleureux et nourris.

Avec Folia, sa nouvelle « folie créative et chorégraphique », il inaugurait pour trois jours cette 73ème édition des nuits de Fourvière avec un spectacle de danse hip hop sur musique baroque, collaboration réussie avec Franck-Emmanuel Comte et le Concert de l'Hostel Dieu.

Sur scène, du lourd : 17 danseurs à parité presque égale, un orchestre de 8 musiciens qu'on croirait tout droit sorti du film « Barry Lindon » et une soprano, Heather Newhouse.

Les danseurs se relaient sur les morceaux qui abordent des styles différents (musique de Vivaldi, tarentelles, chaconnes...). Ils apparaissent tantôt groupés tantôt en petit comité voire seuls comme performeurs.

Dès l’entame c’est le choc des cultures : un voile fin avec la galaxie en impression sépare les musiciens de la troupe des danseurs. L’éclairage différent des deux partis évoque une toile métaphysique avec les vivants d'un côté et les morts-vivants de l’autre , façon « thriller » de Mickael Jackson.

Mais bien vite on s’aperçoit que les danseurs sont bien vivants et qu'ils convoquent les musiciens d’un temps passé. Cette musique baroque évoque d'ailleurs dans sa rythmique, des boucles chères au rap que le beat électro de Grégoire Durrande vient parfois accompagner et surligner.

La Planète est à l'honneur dans ce voyage spatio-temporel à l'image de l'univers. Le corps est cette matière qui souffre, agonise presque parfois mais dont Mourad célèbre l’étincelle de vie. Chez lui on chute, se contorsionne, s’étire, se cabriole, bref on montre que l'on est vivant et l'on invite une culture passée dans le grand jeu. Car la vraie bonne idée c’est aussi l'interaction entre ces univers en apparence différents mais pourtant si proches dans ce destin commun… Les musiciens sortent par exemple de planètes venues d'un autre temps au milieu de la scène, ils se mèlent à des « battles » et la soprano finit même par intégrer la troupe.

Les mouvements syncopés et répétitifs des danseurs répondent à ceux des musiciens. La technique est reléguée au second plan, comme dans les arts martiaux et les corps chauffés à blanc entrent en "transe en danse".

Depuis quelques années déjà le rap s'ouvre à des versions symphoniques et la danse hip hop convoque également le classique ou même le traditionnel sacré avec ce derviche tourneur qui rappelle le mouvement des planètes autour du soleil.

Au final ce qui restera, c'est autant de tableaux vivants avec une énergie communicative. Le public est en empathie directe avec cette fresque (épopée même) surréaliste qui matche instantanément. Les protagonistes donnent tout, les musiciens les subliment. A l'image de cette culture hip hop issue de la rue, dont on prédisait un destin éphémère et qui ne cesse de se renouveller dans des fusionnement riches en sons et couleurs.

Crédit Photo : Paul Bourdrel

Écrire un commentaire

Optionnel