blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Essai probant sur une géographie de l'Âme du monde

Mais ce qui compte est que (l'île irlandaise du lac d') Innisfree constitue une île de l'Âme du monde, un site sacré du "tréfond du coeur" et que dans la désespérance du monde, son désenchantement, il fait vivre en nous cet élan, cette puissance nostalgique pour le départ vers l'île (p112)



Mohammed Taleb, Les routes et lieux-dits de l'âme du monde-Introduction à une géographie symbolique, radicale et visionnaire, Entrelacs, Mars 2019Mohammed Taleb est un philosophe algérien musulman ouvert sur le monde et en dialogue avec d'autres cultures ou spiritualités que la sienne.

Dans "Les routes et lieux-dits de l'Âme du monde" paru aux éditions Entrelacs il nous livre plusieurs auteurs, lieux réels ou imaginaires, personnages historiques ou mythiques qui ont fait partie de sa formation, de son cheminement personnel ou de ses centres d'intérêt, en "mettant l'accent sur la géographie de l'âme telle qu'elle se rend présente à sa conscience".

Le livre, dense et concentré (190 pages), est entrecoupé de citations et de présentations d'auteurs en rapport avec le découpage précis des chapitres, articulés autour de l'âme arabo-musulmane et de ses ramifications.

Le voyage auquel Monsieur Taleb nous convie est total, érudit, documenté et transdisciplinaire. le lien c'est l'Âme du monde, cet ilot de résistance, cette visée et vision poétique face au désenchantement ambiant. L’essai est un véritable périple spatio-temporel et l'on s’aperçoit que la quête est universelle et transcendante. Le langage de l’âme use de symboles communs pour être compris et ses racines sont éternelles, s'originent dans l'instant fugace d'un envol vers un mont imaginal ou imaginaire (Qaf, Innisfree, Meru, Arunachala…).

 

Grand défenseur de la nature, du sens et de l'émerveillement dont les "hommes-ponts" sont des exemples vivants à travers les siècles, il considère que le capitalisme apparu avec les lumières (au sens d'histoire civilisationnelle) fut un tournant tueur d'âme et milite, en nourrissant la mémoire de signes (de Gilgamesh à Ibn Arabi ou W.B. Yeats, en passant par Gibran, Jung, Malcolm X ou bien sûr encore le prophète Mohammad, pour ne citer qu'eux...) pour un monde moins objectivé, rationnel, déshumanisé, marchand ou désacralisé. "Retrouver le sens et le chemin de l'Âme apparaît comme une exigence spirituelle, une nécessité morale, un impératif de survie".

 

Le retour à l’Un est selon l'auteur un apanage de l’âme arabo-musulmane, hégirienne par fonction (p.80) et venant accomplir pleinement le concept des philosophes de l’Antiquité. Le prophète n’a t'il pas en effet déclaré qu'il faudrait chercher la connaissance jusqu'en Chine si elle s'y trouvait ?

C'est dans cette optique qu'il s'est efforcé ici de remonter aux racines éparses et parfois inattendues de sa culture et religion mais évangiles apocryphes ou agnostiques évoquaient déjà cette quête du retour qui anime en fait tout chercheur de vérité.

D'ailleurs quête de l’origine et temps de la fin se rejoignent en ce sens où l’Un est attendu en son essence immuable et transcendante. Il convient donc d’être sincère dans sa recherche à la fois extérieure mais surtout intérieure, ce qui donne comme c'est le cas pour ce livre un parfum de singularité.

 

Écrire un commentaire

Optionnel