blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La psychomagie et son créateur

    Alexandro Jodorowsky,Psychomagie,Albin Michel,Javier Esteban,Nelly Lhermillier,Février 2019Alejandro Jodorowsky sait des choses, au sens spirituel du terme (c'est ce qu'on appelle communément la sagesse), de part son vécu et sa vie d'artiste. Il a su créer un univers singulier autour de sa personne sans pour autant suivre un chemin traditionnel mais arriver aux mêmes fins (Castaneda et Gurdjieff restent néanmoins pour lui deux influences majeures) . Par la psychomagie, la lecture du Tarot, ses bandes dessinées ou ses films (dont le très beau et poétique "poésie sans fin" paru récemment) il a inspiré et donné des pistes de réflexions (ou voies de guérison) à plusieurs générations.

     

    90 ans cette année et l'homme à l’œuvre prolixe et prodigieuse nous livre un recueil d’entretiens chez Albin Michel avec le jeune Javier Esteban (dans l'esprit de « la tricherie sacrée » à l’époque interviewé par Gilles Farcet) autour de la "Psychomagie", prétexte à passer en revue une multitude de sujets des plus basiques aux plus métaphysiques tout en évoquant des pistes féeriques pouvant paraitre un peu fantasques pour le futur de l’humanité et en addendum un cours accéléré de créativité. Ce livre se veut une suite du"théâtre de la guérison".

    Chaque réponse du psychomagicien est un univers en soi qui mériterait des développements ou éclaircissements mais la multitude des questions permet aussi de se représenter chaque facette du diamant qu'est l’être essentiel dont il nous dépeint le niveau de conscience, la joie de vivre, la créativité infinie, la santé prodigieuse, l’émergence de l'auréole comme 4ème cerveau ou encore le regard émerveillé sur la magie et le miracle de ce monde.

    Insistant sur le fait que l'ego doit être soumis à l'essence, les caprices de l'enfant (le tyran en chacun de nous) dépassés par l'acte créateur ou que le malade doit élever son niveau de conscience et aller vers ce qui l’intéresse pour guérir, il redéfinit la spécificité de sa pratique qui, à l'inverse d'une psychanalyse ou d'une ascèse, repose sur des actes souvent poétiques ou artistiques, autant de métaphores adaptées au langage onirique et symbolique de l’inconscient.

    Comme hygiène de vie il fait sienne la contemplation, préférée à la méditation (agir tel un témoin au monde), se soucie de moins en moins avec l’âge de l'identification ou de son identité, préférant "l'humilité de l'effacement en acceptant de n’être qu’un canal" uni vers celles et ceux qui viennent à lui pour un partage de conscience…

     

    Soucieux d'une humanité supérieure il œuvre à l’élévation de son niveau de conscience et s’intéresse non pas à la multitude mais aux mutants, ceux qui entendent « être » dans l'humain.

    Désormais tout entier à la joie de vivre, à ce qu'il est, il parfait sa conscience lumineuse en vue de la construction d'une âme, pour ne pas mourir comme un chien, comme le disait si bien Gurdjieff.

    Ce bon vieux Jodo à l'imaginaire bien fertile pourrait encore peut-être bien nous étonner avec un projet dont lui seul a le secret...

     

  • Le coeur des croyants est un uni-vers

    L'homme n'est-il pas l'esclave de soi-même ? Ses habitudes contractées dès l'enfance sous l'empire de ses parents, de ses éducateurs, de ses rabbins, de ses prêtres, de ses imams ; ses habitudes, dis-je, ne font-elles pas de lui son propre serf, pour parler comme La Boétie ? S'est-il seulement demandé qui il était vraiment ? A t-il seulement l'idée qu'il dispose d'une nature profonde qui n'a rien de commun avec ce qu'il donne à voir de sa personne ?

    ...La seule fonction spirituelle de l'homme est d'atteindre au divin en approfondissant, au-dedans de soi, sa part la plus humble, humaine, noble.

    Henry Bonnier p. 226

     

    Le peuple élu n'est pas le peuple juif. Le peuple élu c'est le peuple des croyants, quels qu'ils soient. André Chouraqui,p.205

     

    Le XX ème siècle accoucha de grands "ponts" parmi lesquels des orientalistes (Henry Corbin, Louis Massignon), des chercheurs en sciences humaines (C.G Jung, Freud), des sages ou des traducteurs/essayistes comme André Chouraqui (1917-2007). Tous furent des éveillés avec une visée sur l'Autre monde, le spirituel, par opposition au matériel.

    Henry Bonnier fut l'ami et l'éditeur (Éditions du Rocher) de ce dernier à partir des années 90 et relate dans un très beau livre "André Chouraqui, un prophète parmi nous", paru aux éditions Erick Bonnier, l'aventure humaine politique et spirituelle qui fut la leur.

    C'est avec respect et grande vénération qu'est évoquée la figure de Nathan André C. et l'histoire de quelques uns de ses livres (à cette époque, il a déjà traduit la Bible, ancien et nouveau testament) mais l'auteur dévoile également et subtilement, en parallèle, quelques bribes de son cheminement et ses propres réflexions spirituelles, étant d'obédience chrétienne (presque mystique) avec une ouverture au soufisme (même s'il ne parlait pas arabe, il reçut une investiture rare au titre de "connaissant par Dieu").

     

    Le livre est contagieux et donne envie de se plonger dans l’œuvre de l'essayiste de paix à l'évocation de ses deux amours de jeunesse Yvonne Jean (lettres à André Chouraqui, 1997) et Colette Boyer (Ton étoile et ta croix, 1998), toutes deux chrétiennes et initiatrices (accoucheuses ?) de son "être par Dieu" ; mais aussi de son amour pour la langue et la culture arabe (dans lettre à un ami arabe) ou encore de son livre Moïse, son prophète et imago Dei.

    Malgré sept années d'enseignement athée au lycée et la maladie qui s'acharnait (une poliomyélite) sur lui, l'homme qui voulut savoir à 19 ans "qui était Elohim" fut incardié (comme le fut Massignon) lors d'une expérience numineuse. Il confia à Colette B. , jeune adulte, qu'il "sentait en lui bouillonner cent enfantements, un monde merveilleux de vie, une œuvre, une réalité prodigieuse"...c'est dire s'il se sentait mission-né.

     

    chouraqui.jpgPour l'auteur, André Chouraqui est "un prophète (au sens de celui qui transmet ou explique la volonté divine) du XXIème siècle qui tente l'impossible : donner un langage commun aux juifs, chrétiens, musulmans". Il est vrai que cela constitue en France un acte unique, la traduction des trois livres saints monothéistes par un seul homme, croyant et habité par un souffle issu des terres de La Révélation ("Dans tous les textes sacrés, vous ne rencontrerez jamais Dieu si Dieu n'est pas en vous" déclare André Chouraqui p.52). L'on voit ainsi dans cette œuvre singulière de traduction exégétique, la continuité du message prophétique, de Moïse à Muhammad. Ainsi le génial "matriciant" qui qualifie Allah dans le Coran (au lieu de Miséricordieux) vient mettre à bas la tyrannie masculine sur l'humanité, le terme "incardié" utilisé ci-dessus ou encore le "en marche" introduit chaque béatitude et place l'humain dans un acte engageant son être tout entier.

     

    Inquiété par les signes des temps (climat, obscurantisme, guerre larvée envers l'être...), Henry Bonnier désormais romancier et essayiste (Il a reçu le grand prix de la critique de l'Académie française pour l'ensemble de son œuvre), place les travaux de traduction de son ami sous le signe de l'"énergie du désespoir" mais qui sait s'ils ne touchent pas leurs cibles, à savoir un terreau capable d'ensemencer un peuple de justes ? Qui sait si le Verbe de Chouraqui n'est pas apte à réveiller les morts ? D'autant que l'attrait pour ces traductions biblique et coranique ne s'est jamais démenti.

     

    Ce livre est donc écrit par un chrétien ouvert à l'Altérité, qui propose de belles réflexions sur l'humanité ou l'unité transcendante des religions, même si parfois teintées de noir. Il invective ainsi ses congénères se satisfaisant d'une vie égoïste ou égotique, donc ténébreuse : "Il leur suffisait, à ces pauvres êtres éperdus, d'entendre les fulgurances du Verbe (la voix sublime et bouleversante de la conscience et de la confiance) pour reconquérir à jamais leur liberté". L'on retrouve plus loin une saine colère christique lorsqu'il évoque les "peurs et orgueil édifiés au-dedans de nous, pour nous préserver de la contamination de l'Autre"...alors que selon lui, "Aimer c'est guérir"..., Aimer c'est obéir à Dieu", en parlant de l'Amour véritablement divin et inconditionnel qui nous habite.

     

    Reste au final d'André Chouraqui, l'image tenace d'un juif de toutes les guerres, qui mûrit et renouvelle sa foi hébraïque au contact intime de chrétiens ou musulmans fervents. Ses actes politiques viennent infirmer le reproche sioniste qui lui fût fait de son vivant et c'est surtout la grandeur spirituelle d'Israël forte de 102 communautés ou cultures différentes qui le guida.

    Artisan de paix il considérait que "les trois traditions religieuses issues du seul tronc abrahamique, pourraient constituer une force spirituelle considérable et pour le coup, métamorphoser le monde". Utopie vacillante ces derniers temps mais pas exempte de réalisme à échelles certes encore individuelles...L'avenir le dira.