blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ecoute...le son de l'unité

    Stéphane Haskell,Ecoute,Le courrier du livre,breathe : yoga un souffle de liberté,Don Conreaux,Philippe Garnier,Silvia Nakkach,Bernie Krause,Sonia Perrin,Michel André,Dr Thomas K. Szulc,Patrice Moullet,Thanh Nghiem,David Edwards,Karine Scherrer,Karine Lethiec,Catherine Boni,Peter et Lynn Mcintosh,Stéphanie Zeitoun,Electra,Mars 2019le nom de Stéphane Haskell, écrivain, photojournaliste et réalisateur, est associé à un documentaire devenu célèbre : Yoga, un souffle de liberté. Suite à de graves problèmes de santé au dos et guéri en partie grâce à la découverte d'une pratique de yoga célèbre, il parcourait le monde à la découverte de quelques figures notoires de cette ascèse bénéfique pour le corps et l'esprit.

    Il se remet en route dans ce livre "Ecoute", paru au Courrier du Livre avec des guérisseurs et chercheurs sur le son thérapeutique en y mêlant son ressenti de "patient". L'aventure est passionnante, d'autant qu'elle donnera sans doute lieu à un nouveau documentaire.

    Nous aurons donc peut-être l'occasion de voir prochainement quelques laboratoires du futur disséminés de part le monde, les pyramides de Chi à Bali, l'ensemble vocal Calliopée de Karine Lethiec ou encore Philippe Garnier de l'académie française de sonothérapie en action et le non moins mythique Don Conreaux, qui fut son initiateur au gong...

    La thérapie vibratoire est plurimillénaire puisque tout est vibration. L'être humain étant composé en grosse majorité d'eau, son métabolisme réagit quatre fois plus rapidement que l'intellect à la perception sonore et son impact cellulaire et sanguin est indéniable.

    Ainsi sous l'eau où la lumière ne pénètre pas, la communication et l'information par le son et le silence est vitale (Michel André- LAB). De même le seul son de la nature et sa contemplation permettent de réguler un état de stress sans prise de médicaments (Bernie Krause). Et nombreux sont les bienfaits de la note vibratoire sur les enfants autistes, un mental envahissant, un caractère facilement irritable ou une personne en mal de lâcher prise.

    On apprend également mais de façon trop succincte, que la fréquence naturelle de résonance de l'eau est de 432 Hertz (et non pas 440 Hz, le cas de beaucoup de musiques modernes), qui est aussi celle des ondes gravitationnelles de l'Univers et de certains chants religieux (chamaniques ou sacrés, comme en composa Mozart par exemple), un bon moyen de s'aligner et d'être à l'écoute d'un monde harmonieux et donc sain, en soi et à l'extérieur.

    L'on comprend enfin que ce qui a besoin de soin c'est la structure égotique "malad-aptée", la "fausse identité que les gens ont d'eux-même, immature dans ses réactions colériques et qui entraîne l'isolement (Don Conreaux)". Toute cette construction si fragile qui nous éloigne d'une véritable connexion au Vivant, à tous et au Tout.

     

  • Le Tarot du Grand Tout connecte à la Source

    lamine diagne,le tarot du grand tout,françois cervantès,wim welker,sylvio charlemagne,eric massua,compagnie de l'enelle,hôpital de la timone,marseille,théâtre de la croix rousse,mars 2019

    Lamine Diagne est un artiste complet qui a mis pour cette pièce, Le Tarot du Grand Tout, son talent au service d'une jeunesse malade et un peu désemparée.

    Fort d'une immersion de trois semaines à l'hopitâl de la Timone de Marseille, il a rebondi après l’ascenseur émotionnel, en co-écrivant une sorte de conte musical fantastique léger. Il sera donc Slim, ce conteur-musicien-dessinateur dont la foi folle lui donne la capacité de soigner.

    Le court spectacle musical (50 minutes) nous fait entrer dans un univers merveilleux dans lequel des princes et princesses luttent cœur, corps et âme pour ne pas désenchanter leur royaume...

    Il est accompagné par Wim Welker à la guitare.

    Entretien de 8 minutes avec Lamine Diagne


    podcast

    crédit photo : Théâtre de la Croix Rousse

  • Le Raid questionne le statut de prophète

    Prophètes sans Dieu,Slimane Benaïssa,compagnie Le Raid,Claire Bourgeois,Mohamed Brikat,Franck Fargier,Simon Gabillet,Julie LascoumesLa compagnie du Raid continue de nous surprendre avec le texte engagé ďun auteur algérien, Slimane Benaïssa, sur les religions monothéistes : Prophètes sans Dieu, écrit en 1998. Ce dernier fait dialoguer Moïse et Jésus dans sa chambre d'enfant pas si naïf que cela et qui rêve un jour lui aussi d’exercer le métier de prophète, sans doute par immense respect pour le sien.

    Le point de vue d’un artiste de culture musulmane qui vécut en exil à cause d' islamistes intégristes est intéressant pour comprendre les arguments de cette dernière religion révélée ainsi que la représentation que l'on peut ou pas se faire de Mahomet.

    Le texte est érudit et très documenté sur les religions monothéistes, rendu plus digeste (ĺe texte mérite d’être relu à tête reposée) par la mise en scène drôle, légère et aérée de Claire Bourgeois et Mohamed Brikat.

    Ce dernier joue également le personnage de l'auteur aux côtés de Franck Fargier (Moise, "le premier") et Simon Gabillet (Jésus "le préféré et l'unique").

    Polyvalence des membres, plaisir dans le jeu, diversité et maintenant engagement laissent augurer de beaux lendemains aux et par les membres du Raid…

    Entretien avec quatre d’entre eux :


    podcast

    La pièce (1h20) se joue jusque vendredi à 20h au Théâtre de l’Iris (04 78 68 86 49).

    Crédit photo: Compagnie du Raid

  • Le joyau de l'âme : un essai concluant

    A l'Aube gelée, au temps du raisonnement, l'âme est appelée à éclairer le sens de ce qu'elle a vécu. Cependant le langage ordinaire étant incapable d'exprimer une intuition d'ordre transcendant, la raison doit faire preuve d'innovation sémantique et de capacité de synthèse, en dépassant donc le stade de l'analyse qui risquerait de fragmenter et d'éparpiller toutes les pièces du puzzle sans jamais parvenir à reconstituer le dessin originel...p.120

     

    mariel mazzocco,le joyau de l'âme,albin michel,mars 2019Mariel Mazzocco s’intéresse, dans le cadre de son domaine d'étude universitaire aux mysticisme médiéval et à celui de l'âge baroque.

    Le joyau de l'âme paru aux éditions Albin Michel, est une joyeuse synthèse, vu sous le prisme du gemme en tant que symbole, du cheminement intérieur du mystique ou voie illuminative de l'âme.

    L'autrice s'exerce même avec talent, dans la seconde partie de cet opus, à quelques scintillements dans un style littéraire de haute tenue.

     

    Le livre est parsemé d'éclats de vie de certains mystiques de cette époque. Ainsi Marguerite Porete côtoie Angelus Silesius, Jean-Jacques Olier (redécouvert et exhumé par Madame Mazzocco), Madame Guyon, Jan Van Ruusbroec ou encore Hadewijch d'Anvers.

    En parallèle l'écrivaine franco-italienne évoque quelques étapes essentielles conduisant au rayonnement de l'âme, comme autant de facettes "dont le cristal est l'emblème...emblème d'une intelligence éclairée par le cœur, l'amour divin ou regard de l'Autre", la métanoïa ne souffrant d'aucune linéarité de parcours.

     

    Ce qui importe ici, et Madame Mazzocco l'a bien saisi, c'est "l'apprentissage d'un langage inédit, d'un alphabet spirituel que seule la langue du cœur puisse déchiffrer".

    Résonnent donc à la fois un lexique ou alphabet spirituel (les gisements cachés au fond de l'âme, le franchissement de la porte du cœur, la nouvelle intelligence lumineuse, la pureté du silence, la Parole, la brêche invisible, les réseaux de communication cristallins...) et des symboles minéraux ou numineux (l'âme cristalline, la perle cachée dans le cœur, l’œil magique, la personnification des pierres précieuses comme autant de vertus, la Lumière dans le Coran (verset 24-35) ou encore des extraits du nouveau testament...).

    Mais c'est dans la seconde partie du livre, après avoir évoqué les multiples formes de l'expérience intérieure que Mariel Mazzocco entre véritablement en communion avec l'essence du mysticisme, à savoir une responsabilité (être en vérité ou mourir) envers la Parole entendue (et éternelle) pour qu'elle résonne à l'extérieur et modifie le monde en profondeur...et lui redonner un peu plus de folie et d'ivresse !

    L'âme serait ainsi l'instrument qui fait vibrer dans le monde la Parole qui l'irradie. p.132

     

  • Immortels : ombre et lumière d'une génération

     

    Immortels sont les idéaux d'une génération ivre de sens. Immortels c'est aussi "le tableau d'une jeunesse paradoxale : forte et radicale dans ses prises de position, mais fragile car en recherche de son identité, de ses modèles".

    Immortels,Nasser Djemaï,Gautier Marchado,Compagnie Parole en Acte,Antoine Besson,Lucie Bonnefoix,Esther Gaumont,Delphine Grept,Yann Mercier,Thomas tressy,Guillaume Trotignon,Bruno Zancolo,Florian Poulin,Florian Poulain,Etienne Juguet,Bruce verdy,Théatre des Clochards célestes,Lyon,Mars 2019

    Dans l'intimité de la salle du Théâtre des Clochards Célestes nous sommes conviés à la vie privée d'une bande de potes soudés mais qui vient de perdre l'un des leurs, Samuel.

    Ce dernier avait un petit frère, Joachim (Yann Mercier) de tempérament plus timide et en retrait qui, depuis la disparition de l'ainé, fait d'horribles cauchemars.

    Une force le pousse à se mettre en contact avec le groupe politisé pour comprendre cette mort. Les projections et illusions de chacun d'entre eux vont l'aider à mieux appréhender l'image solaire que représentait Samuel.

    Black Block,New Wave, loi de Rothschild...une nébuleuse se cherche jusqu'à l'explosion, qui ne saurait qu'être salvatrice pour chacun d'entre eux dans leur quête d'identité.

    Ci dessous un petit entretien audio (7 minutes)  avec Gautier Marchado et Yann Mercier :


    podcast

    Aidez les brillants sept acteurs et leur bienveillant metteur en scène (Gautier Marchado) à poursuivre leur aventure pour une tournée dans toute la France en cliquant là.

     

  • Débat et début houleux du Califat islamique

    hela ouardi,les califes maudits,la déchirure,tome 1,albin michel,mars 2019La déchirure est le premier de cinq volumes des Califes maudits paru chez Albin Michel et écrit d’une main de maître par Hela Ouardi, qui est entre autre professeur de littérature et de civilisation française à l’université de Tunis.

    Avec les derniers jours de Muhammad son premier opus, on aurait pu croire au buzz ou à un coup d’épée dans l'eau. Elle révélait, d’après les sources de la tradition, que celui-ci avait peut être été empoisonné et que son corps inanimé était resté trois jours sans soins. S’attaquer ainsi à l'humanité du prophète (qui est dans les faits vénéré comme Jésus) ne manqua pas de susciter des polémiques et le livre fut interdit dans plusieurs pays d'Afrique.

    Néanmoins, on comprend avec cette nouvelle série qu'il n'en est rien, que Madame Ouardi est là pour durer et qu'elle s'attaque avec courage à ceux-là mêmes qui voudraient détourner la religion de son objectif spirituel ou communautaire premier.

    L’Islam ayant vocation universelle, l'autrice a jugé bon de se plonger dans les sources classiques de la religion naissante pour essayer de comprendre le malaise actuel (fitna) au sein de la Oumma ainsi que des dérives sectaires comme daesh.

    Ces sources sunnites et chiites peu exploitées et pour cause, révèlent une histoire peu glorieuse des proches du prophète lors de son décès (à l'exception d'Ali qui le veille). Pour accéder au pouvoir et à l'argent qui va avec, les deux premiers califes s'allient pour écarter Ali, gendre du prophète et d'après les liens de sang, digne successeur de l’élu de Dieu ; déshériter Fatima (fille de Muhammad et épouse d'Ali) et convaincre les Médinois ( tribu des Ansars) de prêter allégeance à Abu Bakr, compère d’Omar.

    Ce qui se joue c'est l’autorité absolue car sacrée (une mission universelle et divine portée par un Livre Saint). On assiste comme si on y était avec moult details à un concours d'éloquence et de joute verbale dans la Saqifa (sorte de salle des fêtes) entre Ansars qui ont offert l'asile à Muhammad et émigrants (tribu des Qurayshs) qui on émigrés à Médine avec le prophète.

    L’atmosphère de la salle d'audience montera crescendo jusqu’au pacte d’allégeance à Abu Bâkr dont la fille Aïsha est une des épouses de Muhammad.

     

    Le califat s’avère être une très lourde charge pour chacun des quatre premiers califes (la suite de la série le dira...) et aucun d'entre eux, y compris Ali, plus proche par l'ancienneté, la parenté et la vertu (une source lui fait dire : « C'est dans nos demeures que le Coran a été révélé ; nous sommes la matière du savoir, de la théologie, de la religion, de la sunna et des prescriptions divines »), ne semble avide de l'exercer tant la chape sacrée du Coran pèse, en tant que Livre "révélé" de Dieu.

    Dans ce premier tome sont présentés les protagonistes du drame (trois seront assassinés) ainsi que la malédiction de Fatima, épouse d’Ali déchue du royaume et de son héritage, sur les cœurs dévoyés et hypocrites.

    Hela Ouardi a dû abattre en amont un travail de compilation colossal pour parvenir à cette simplicité et fluidité narrative (ce qu’on espérait d'un tel projet) puisque tout s’avère authentique hormis peut être quelques didascalies ou pensées intrusives.

    Si tout est de cet acabit l’œuvre sera et est déjà passionnante puisqu’elle nous amène au plus près de la gouverne islamique et de ses rapports compliqués avec la mémoire et l'esprit de Muhammad, ici plutôt incarné par sa fille Fatima.

     

  • Border : A la limite du réalisme

    Border est un bon film fantastique. Le savoir permet de dépasser le possible effroi des premières images et de prendre une distance nécessaire avec la personnage principale (Eva Melander excellente) qui porte des prothèses.

    border.jpg

    Ceci étant dit cette dernière a un don presque animal : flairer en tant que douanière les passagers suspects. Cet instinct est renforcé au contact de la nature et des animaux sauvages et permet à l’intrigue policière de se développer (démanteler un réseau pédophile).

    Le film prend une tournure étrange et surnaturelle quand elle fait la rencontre de Vore (Eero Milonoff) qui lui ressemble étrangement de visage… et vraisemblablement de nature.

    Animalité, monstruosité, différence et étrangeté sont les thèmes principaux de ce second opus du cinéaste Irano-suédois Ali Abbasi co-écrit avec John Advid Linqvist (Il s'agit de l'adaptation de sa nouvelle Gräns) et Isabella Eklöff, qui donne un relief psychologique attachant et complexe aux personnages en apparence difformes.

    L’idée de bêtes de l'apocalypse sachant percevoir la vérité des perversions humaines et qui constituent de fait un fléau divin est assez originale et rappelle le démon Hellboy , cornu et rouge comme la colère. La force de ce film réside dans son caractère plus réaliste et la frontière tenue qui transparait entre humain et monstre, avec une belle réflexion sur leur nature et identité respectives.

    Prix un certain regard à Cannes et Européan film award des meilleurs effets visuels.

    Credit photo : lemagduciné.fr