blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

editions glénat

  • Ultime Guerre(ière)

    Bergères guerrières, L’abîme, Jonathan Garnier, Amélie Fléchais, éditions Glénat, épopée féministe,  janvier 2022«- Mais bien sûr qu’il fallait ! On ne rigole pas avec l’hospitalité, ici. Si vous avez encore faim, venez me voir ! - Ils sont chic dans ce village. - Peuh ! »

    Molly et Liam arrivent enfin au bout de leur voyage dans l’ultime épisode (n°4) des Bergères Guerrières : L’abîme de Jonathan Garnier et Amélie Fléchais aux éditions Glénat. Il est temps pour eux et les habitants du village qui les accompagnent de trouver des réponses à leurs questions, de découvrir les détails de cette guerre qui a ravagé la nature, les villes et les hommes. Cette quête s’achève sur les Terres Mortes à la rencontre de personnages plus complexes qui enrichissent et éclairent le récit. Le mal qui les rongent n’est en effet jamais loin.

    « Tu veux que Sarah se retrouve enfermée dans une cage pendant qu’on va en Terres Mortes ? On n’en parle à personne, c’est plus sûr. »

    Ce dernier tome est d’ailleurs globalement plus sombre que les précédents et l’insouciance des enfants au début de la série a laissé place à la rudesse de leur tâche et l’amertume devant les erreurs et dégâts causés par les humains, les bêtes, la maladie. Les couleurs semblent également plus sombres, pourtant rougeoyantes et toujours aussi sublimes. De même, les personnages de Bergères Guerrières sont à croquer. Pourtant, la bande dessinée fait écho aux ravages causés par la folie humaine sur la planète. Une manière d’éveiller les consciences des enfants lecteurs et lectrices devenus, au fil des épisodes, des adolescents.

    « Pourquoi il a fallu qu’ils jouent avec la nature ? Et pourquoi c’est à moi de devoir arrêter le fléau qu’ils ont créé ? »

    Un album qui réconcilie aussi les générations puisqu’on y retrouve l’importance de la transmission mais aussi les doutes ou les incompréhensions qui se lèvent à l’aune des révélations et du temps qui passe. Les valeurs de l’accueil, de l’engagement, de sa place dans la société mais aussi le lieu où on est né, où l’on a grandit et où l’on veut vivre, sont abordés en filigrane du récit d’aventure. Nous sommes tristes de quitter Molly, Liam, Sarah et tous les autres mais rassérénés et fiers du parcours des fameuses Bergères Guerrières !

    Image: Glénat éditions

  • Une BD qui vire au culte

    Coup de Choeur BD

     

    “Je vois clairement les pensées de mes semblables et leurs émotions surgir de leurs crânes sous forme d'abstractions lumineuses”... C'est l'expérience la plus passionnante et intéressante qu'il m'ait jamais été donné de vivre, aussi grisante, irrationnelle et obsédante qu'un rêve”. (p.36 et 39)


    Dieu est un virtuose synesthésique. Il joue une symphonie démiurgique et nous entendons les couleurs du monde, les formes des galaxies, les émotions de l'univers. Il a créé ce monde de dingues dans une impro sous acide avec une guitare électrique branchée sur un ampli réglé à plein volume”. (p.42)


    ledroit.jpegAvec le troisième œil (acte I-La ville lumière) paru chez Glénat, Olivier Ledroit signe seul un roman graphique initiatique et fantastique, hallucinant et total, mêlant ésotérisme et occultisme, magie et alchimie, métaphysique et eschatologie.
    Mickaël Alphange, le héros de cette BD, est un jeune homme, apprenti vitrailliste, aux perceptions synesthésiques, habitant Paris. Un soir, à l'aide de substances psychédéliques, s'ouvre à jamais son œil spirituel, visionnaire et il perçoit dès lors l'invisible éthérique des êtres, des lieux, des objets, pour le meilleur (un monde lumineux) mais aussi le pire (des entités ou forces ténébreuses).
    Guidé et formé patiemment par ses pairs, il participe à un rite initiatique lors d'une nuit astrologiquement propice, en arpentant la capitale occulte pour renaître, par un processus alchimique, à son corps immortel et divin.
    Il est désormais élu à un destin hors du commun et possesseur d'une lame magique...
    Les références fusent et sont assumées dans cette œuvre graphique hallucinée, Lynch, Carpenter (the thing, invasion Los Angeles) ou encore Kubrick (2001) pour le cinéma fantastique, Herbert (le rêveur de Dune qui doit se réveiller) ou Dantec pour le thriller esoterico-futuriste.
    Olivier Ledroit dépeint aussi comme personne l'époque, ses enjeux, ses dilemmes et sa dimension eschatologique. Il est rare de condenser en si peu de pages un univers en soi, attendu et pressenti par beaucoup, ce qui fait de lui, à l'instar d'un Druillet ou d'un Moebius, un chef de fil artistique de sa génération.

    Ce premier tome est une œuvre crédible qui se suffirait presque à elle-même, empreinte de luminosité aux teintes bleutées. Les visions de Mickaël Alphange détonnent de réalisme, entre onirisme et expérience chamanique. Une réussite et un ovni, comme le fut Blueberry de Kounen à l'époque.

    En bonus, un entretien téléphonique avec Olivier Ledroit (22 min) :


    podcast