blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mama editions

  • Au service de la Vie

    Contrairement à l'ego, "soi-même" préfère jouer que se répéter.


    shaman 2.jpgLe second tome de
    Shaman, imaginé par Tigran aux éditions Mama s'intitule La Vision et s'avère plus théorique que le premier.
    Les liens spirituels entre le narrateur, sa femme Hilga, leur fille Seta et la chamane Otharjanat sont dénoués et dévoilent la complexité du dessein céleste.
    Tout s'imbrique et prend un sens magique au service de l'Amour. Car il est toujours question d’œuvrer à soigner des maux (ou d'accepter l'échec aussi), remettre l'énergie en mouvement, réharmoniser des déséquilibres...et préserver la lignée des guérisseurs pour que la flamme sans âge vacille à jamais.
    On retrouve les éléments qui faisaient le charme du premier opus, les embardées dans l'invisible, les rêves initiatiques, les liens forts et vivaces avec la nature, les flashbacks dans l'enfance saturée de signes du narrateur, et les instants de vie, les échanges simples et profonds entre ces êtres qui expérimentent la réalité augmentée. 
    Est également explicitée la nature lumineuse de l'âme sur l'esprit selon la conception chamanique, sa malice à ne vouloir se laisser enfermer dans aucune routine égotique pour demeurer sans forme, libre dans l'instant, ouverte à tous un champ de possible, l'invisible et l'incroyable y compris.
    Si le temps du rêve n'est que présent, on se prend, lecteur, à aimer cette vie rêvée ou chaque instant est riche de présences, de conscience et d'interconnexions surnaturelles.

     

  • Un chamanisme transparent


    "Le corps doit se défaire d'une certaine part d'animalité pour accéder à sa transcendance et accepter de faire le lien avec l'invisible".

     

    Brigitte Pietrzak,Voyages chamaniques et rencontres remarquables,Mama éditions,esprits tutélaires,canal,visions,Mai 2022Brigitte Pietrzak est une éclaireuse du nouveau monde à naître. Elle poursuit avec Voyages chamaniques et rencontres remarquables, son troisième livre paru chez Mama éditions (préface de Lilou Macé), le dévoilement du monde invisible, sa sagesse, ses connaissances, ses intuitions. Elle converse aussi bien avec les esprits tutélaires d'animaux (de l'ours à la reine des abeilles en passant par le hibou, l'aigle, le serpent ou le loup...), les entités célestes (ange, étoile...), les âmes défuntes ou des entités archétypiques du monde chamanique. Cet ouvrage nous en apprend autant cette fois-ci sur l'auteure, sa sensibilité, son essence, sa fonction, que sur ses rencontres dans le monde du rêve éveillé, si bien qu'on confond parfois sa parole donnée de celle reçue. Sans doute l'appropriation, le fait qu'un chamane soit un canal qui absorbe l'énergie des alliés pour "apporter réparation", dans un "consentement à servir" et une forme de "dénuement", "engageant sa clarté dans un acte de foi", puisqu'un lâcher prise mental est la porte du soin spirituellement guidé.
    Rares sont les livres qui évoquent l'après, ce monde à naître plus libre, lumineux, connecté à la Source de toute intelligence et qui concourt à l'unité dans un sens plus collectif (moins égocentré). Les textes sacrés s'arrêtent globalement au Jugement dernier qui n'est que le commencement de l'éternité, une conscience d'être inter-reliés ("rayonner c'est être avec" dit un esprit invoqué) et l'irruption de l'invisible dans le présent.
    C'est avec l'esprit dont chaque "entité" est pourvue, que le chamane dialogue pour percer les secrets de la matière. Brigitte Pietrzak rappelle qu'il n'en existe pas de mauvais mais que l'usage non éthique de cette somme de connaissances transforme la sagesse en pouvoir, le chamanisme en sorcellerie, la ré-harmonisation en magie noire...et le danger guette celui dont l'intention n'est pas pure ou désintéressée.
    Les goûts et fondations spirituels de l'auteure laissent entrevoir une âme forgée dans le terreau de l'humilité et vouée au service du Tout.

     

  • Au coeur de la Taïga

    Non pas un rêve, un vrai monde, ton monde...


    Tigran,Shaman-La Quête,Mama éditions,Mongolie,vision,rêve,esprits,initiation,chamanisme,Avril 2022Shaman de Tigran sera une trilogie qui paraît chez Mama éditions.
    Le premier volume, la Quête, nous emmène sur la steppe mongole où un jeune français a été adopté et reconnu comme fils spirituel d'une chamane, Otharjanat. Cette dernière l'a vu lors de leur première rencontre et a su qu'il perpétuerait sa lignée car on naît chaman. Il faut dire que le héros faisait des rêves étranges, jeune, qui l'emportaient dans un tout autre monde, celui de la magie. Pas de fioritures ici, on rentre directement dans le vif du sujet.
    La Quête est l'histoire de cette transmigration d'âme, de son initiation au sein de la communauté en tant que guérisseur et de sa rencontre avec la belle autochtone Hilga, promise à un autre homme du clan mais destinée par les esprits tutélaires à une autre alternative...
    Petit livre aux courts chapitres tels des flashs, comme ceux vécus par l'auteur avec ses allers-retours dans l'autre réalité, ce premier tome est haletant et nous immerge complètement dans l'univers chamanique, ses rites, ses croyances, ses esprits, ses animaux passeurs aussi comme Arzan, le cheval grège, qui accompagne le héros dans sa quête initiatique.
    Y est introduit une réflexion sur l'espace-temps, où passé et futur s'entremêlent pour conforter le Shaman dans la maîtrise et la confiance en soi, ses pouvoirs, ses visions mais surtout sa capacité à laisser œuvrer l'esprit à travers lui.
    C'est la suite qui déterminera la saveur et la teneur du récit même si  ce premier jet se suffit à lui-même comme condensé ou essence du chamanisme.

     

  • L'univers cosmique du chamane

    Seule la conscience est éternelle. Si tu la touches, ton être psychique survit. C'est la clé de l'immortalité de l'âme”.(p.28)


    journal.jpgJournal de l'invisible, transcrit par Brigitte Pietrzak, nous livre de courts dialogues avec des entités des trois mondes (ciel blanc, terre, ciel noir). L'intérêt de l'ouvrage, à la manière des dialogues avec l'Ange, c'est la valeur d'enseignements des esprits-guides sur de nombreux sujets : de la pierre aux étoiles, des préoccupations terriennes (colère, jugement...) et naturelles (pierre, arbre, eau...) aux plus hautes considérations cosmologiques ou métaphysiques, en passant par le devenir des âmes, avant et après l'incarnation.
    Il est beaucoup question de lumière et de vibration, pour que la terre se mette au diapason de l'univers. L'incarnation est vue comme un formidable tremplin si l'on se lie avec la matière en acceptant sa spiritualisation.
    "
    C'est la manifestation de la Création dans sa plus large dimension, telle que le Divin l'a voulue. Elle constitue le plus bel ouvrage sur nous connaissions". (p.52)
    L'importance est mise sur le cœur (compassion, empathie), organe de la joie et de l'amour et sur la nécessaire fin de règne du mental, dans un futur proche, afin que disparaissent les murs entre soi et l'autre, pour parvenir (c'est le Plan divin) à une conscience unitive horizontale, un destin humain commun.
    La Conscience (d'origine non locale) est également primordiale, fruit d'une maturation ou d'un alignement avec la Source, en tout cas d'une harmonisation intérieure pour toucher l'ivresse (l'énergie divine) et créer dans la joie et le don.
    Ce
    Journal de l'invisible s'apparente à une cartographie mentale du chamane, apte à s'aventurer dans des mondes parallèles ou invisibles en lâchant prise justement d'avec son mental. La formation, sensibilité et fonction (ou mission) de Brigitte Pietrzak oriente ses questions posées à brûle-pourpoint et la richesse presque intimiste des réponses.
    Présenté dans la collection “chanels” de Mama Éditions, le livre ne ment pas sur le mode de révélation et son contenu éthérique. Loin du côté moralisateur des religions (et son corollaire le jugement), le monde dévoilé perd en manichéisme ce qu'il gagne en lien coopératif puisque tout obéit in fine à un plan divin unitif.
    L'invisible concoure à notre évolution et élévation, c'est ce qu'il est bon de retenir de ce livre surprenant, différent et éclairant,.


    Vous êtes le chaînon manquant à l'harmonie universelle. Le futur vous appelle à une transformation et vous conduit à une nouvelle évolution, où votre nature physique intégrera l'Esprit. Jusque dans la matière, selon son plan, le Divin devra s'exprimer”. (p.60)

     

  • Brigitte Pietrzak, chamane d'âme

     

    "Le chamane est souvent l'ultime recours après un abominable parcours jalonné d'échecs et d'impasse...dans l'absolu il n'y a pas d'obligation de résultat. Le chamane n'est ni un magicien ni un sorcier mais avant tout un priant qui sert d'intermédiaire auprès de ses esprits alliés...le miracle s'opère quand on retrouve la liberté d'être soi".


    ciel.jpgDans "Ciel blanc, ciel noir-une initiation au chamanisme mongol", paru chez Mama éditions, Brigitte Pietrzak évoque ses premiers pas en tant que chamane, décrivant minutieusement la fonction (vêtements, accessoires, déroulement d'une cérémonie...) sans folklore ni sensationnel, ainsi que la liste de ses principaux
    alliés, esprits animaux (la salamandre, le cobra blanc, le loup, l'ours, l'aigle royal, le corbeau, le léopard des neiges, le renne...) ou angélico-humains (le grand guerrier, le Viking, l'ange de la bibliothèque, l'archer...).
    Se sentant comme appelée à 49 ans, suite à la lecture de Corine Sombrun entre autre, elle sent avec force et persuasion avoir rendez vous en Mongolie avec la chamane Enkhtuya, de la tribu des Tsaatans, derniers éleveurs de Rennes. Cette intuition se confirmera des la première rencontre avec la révélation de sa vocation (“on naît chamane”) par la remémoration de certains signes dans son parcours de vie et surtout la confirmation par les alliés ou "ongods". Dès lors l'initiation commence, sur les plans terrestre et céleste et les premières guérisons viennent confirmer une fibre thaumaturgique.
    Ouverture à l'invisible, capacité de détachement du mental, clairvoyance et claire audience, porosité de l'égo, écoute et empathie, connaissance des règles de la pratique...autant de qualités, dons ou états d'être à parfaire en sus d'un bon ancrage au sol pour accueillir le message des "ongods" ou esprits tutélaires, qui se dévoilent en fonction des problématiques. L'attitude du soigné compte beaucoup, par sa foi et son lâcher prise, dans l'efficacité du geste, de la parole ou de l'attitude qui viendra dénouer ou débloquer un complexe souvent énergétique.
    Plus proche de notre mentalité on pense à l'imagination active de Jung (exposée dans "le livre rouge"), une forme de rêverie ou voyage consciente à la découverte de la symbolique des profondeurs. Ce que montrent les esprits de la problématique, dans un acte amoureux, les symboles numineux agissaient de même pour la psyché, en vue d'une réunification de complexes opposés. Ici d'ailleurs chaque allié est présenté dans sa vision archétypique et vibratoire.
    On comprend à la lecture du livre que la relation de confiance qui s'instaure entre guérisseuse et soigné est primordiale. Ce et ceux qui nous entourent sont toujours prêts à servir et remettre en vie un désordre, pourvu qu'une clarification et qu'un abandon de la volonté parfois trop interventionniste, se fasse de la part des belligérants
    Ombre et lumière se côtoient et s'entremêlent au sein et autour de la hutte pour un rééquilibrage presque taoïste des énergies.
    C'est toujours d'amour qu'il s'agit, dans ce texte comme dans la pratique, le contraire d'une folie désincarnée puisqu'il s'agit de se relier dans un acte de pure foi, à l'aide céleste présente partout et en tout.

    Un livre lumineux, numineux et incantatoire.


    "Celui qui est joyeux irradie. L'élan de vie est amour. Il distribue la générosité du vivant. Il la manifeste. L'obscur cède, face à l'absence de prise pour la peur et la tristesse"

     

  • Un avis éclairé sur le tabac et l'ayahuasca

    "Dans ce petit livre, nous combinons le savoir indigène et la science, parce que nous pensons qu'ils se complètent et parce que leur juxtaposition met un large éventail d'informations à disposition de ceux qui pourraient s'y intéresser.
    Nous n'encourageons pas les lecteurs à consommer du tabac ou de l'ayahuasca mais à comprendre qu’approcher ces plantes puissantes requiert de la prudence, du respect et de la connaissance.
    "

    Narby.jpgUn petit livre paraît chez Mama éditions à l'initiative de Jérémy Narby, qu'il co-signe avec Rafael Chanchari Pizuri, la caution indigène (médecin et enseignant Ashaninca) sur les "deux plantes enseignantes (que sont) le tabac et l'ayahuasca". Le sous titre du livre est important puisqu'il s'agit de "deux éclairages visionnaires et complémentaires sur les plantes maîtresses".
    Le chamane livre ses connaissances issues de visions ou de récits oraux avec ou sur le tabac et l'ayahuasca, leurs substances/âme et effets sur la psyché ou le corps du patient. Cet entretien retranscrit par Jérémy Narby lui sert de matériau à l'exploration anthropo-scientifique desdites substances.
    Il va convoquer une somme impressionnante d'ouvrages et de thèses récentes en les matières pour essayer d'y voir plus clair sur la nicotine issue du tabac ou sur les éléments intervenant dans la conception de l'ayahuasca à proprement parler. Le résultat est pragmatique, intéressant et non conventionnel, puisqu'il déconseille vivement ( et sans appel) le tabac industriel et son mode de consommation effréné (ainsi que ses dérivés nicotinique comme la vape ou le tabac à priser) et qu'il nuance le rituel ayahuasca à la mode sans avoir de véritables connaissances sur le produit ou le type de médecine pratiquée ( la guérison est opposée à la sorcellerie, l'ayahuasca jaune/ciel à la noire...).
    Il rappelle que ces deux plantes sont maîtresses car puissantes. Je schématise volontairement mais elles ne sauraient livrer leur pleine aide et informations qu'utilisées à bon escient dans tout leur processus de fabrication et dans un esprit bienveillant, ce qui est de plus en plus rare. Les savoirs des deux camps (chamans et chercheurs) mériteraient de s'inter-écouter (malgré des divergences lexicales, les différences ont tendance à s'estomper avec l'avancée des connaissances) pour parfaire l'efficience des plantes-remèdes et causer le moins de nocivité possible. Olivier Chambon appelait déjà de ses vœux à l'époque de "la médecine psychédélique" (2009) une alliance médico-spirituelle (soit amérindienne et occidentale) à visée thérapeutique.
    Même si leur efficacité est démontrée dans un contexte chamanique précis comportant un mode opératoire culturellement admis (anxiété, peurs, traumas...), notre législation et type de société marchande consomme ces produits de manière sauvage ou déritualisée, amenant leur face sombre à s'exprimer (folie, cancer, intoxication...).
    Ce livre est un jalon de plus dans la coopération des savoirs et l'échange des connaissances. Bienheureuse initiative de Jérémy Narby dont le grand retour et espérons livre-clé sera pour 2022 avec un essai tout autant éclairé sur le cannabis.

    Nous avions interrogé l'anthropologue en 2009 (40 min) sur son parcours et ses idées. En l'état, tout était déjà là (en collaboration avec radio Lumières) :

    entretien avec l'anthropologue jeremy Narby.mp3

     

  • Enfanter la lumière

    femmes chamanes – rencontres initiatiques,audrey fella,mama editions,maud sejournant,lorenza garcia,myriam beaugendre,brigitte pietrzak,sandra ingerman,printemps 2020.Après la mystique chrétienne au féminin, Audrey Fella explore dans « femmes chamanes – Rencontres initiatiques" paru chez Mama Éditions, différentes pratiques chamaniques incarnées par six femmes reconnues expertes en leur domaine.

    En quête de réponses personnelles intimes liées à l'enfantement, ce livre parle de l'œuvre au féminin, une épopée universelle qui n'est pas genrée puisqu'il s'agit de libérer la lumière en soi, de se relier à l'être divin que nous sommes en vue de "prier, aimer, rayonner".

    Le lecteur entre dans l'univers de ces six enseignantes-thérapeutes, Maud Sejournant, Lorenza Garcia, Myriam Beaugendre, Brigitte Pietrzak et Sandra Ingerman, et participe avec l'autrice à son initiation chamanique et son ouverture spirituelle jusqu'à une quasi renaissance ou nouvelle vision de paradigme.

    Chacun des six épisodes est suivi d'un long entretien pour mieux cerner la particularité, s'il en est une, du chamanisme au féminin.

    Sans dévoiler l'intégralité de l'enquête, on peut dire que malgré la diversité de ses techniques le chamanisme est un en pratique, laissant alliés et esprits de l'invisible revéler les maux non apparents du patient. Et la guérison du féminin blessé reste un classique pour ces six femmes-médecines , reliquat hérité des dysfonctionnements d’une société patriarcale, d’une culture monothéiste ou d'un conditionnement transgénérationnel.

    A noter néanmoins que pour certaines le christianisme n'est pas incompatible avec la pratique chamanique et permet même un approfondissement ou une régénération de son message.

    Femmes chamanes est un livre important, sur les femmes, écrit par une femme et qui en présente une image positive, renouant avec ses forces, dons ou visions propres pour celles dont le corps est peut-être plus proche de la terre-Mère nourricière, de ses cycles, de la nature et de son sentir.

    Un mot sur l'Esprit ou plutôt les esprits qui décident de la destinée puisqu'on nait chamane. Le projet du livre et son corps semblent avoir pris forme avec l'accord de ces derniers, multipliant les synchronicités et signes, tel un long fleuve tranquille, un flux continu et limpide. Un fruit de l'Amour donc, à mettre entre toutes les mains, pour donner du crédit et du prestige à toutes ces accoucheuses d'âmes, ces passeurs d'autres mondes qui ont la faculté de redonner vie ou énergie à ce qui dort ou demeure latent dans les profondeurs de l'inconscient.