blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La part du Lyon

    De part son statut spécial et ses immenses possibilités de réalisation spirituelle qui lui sont données à la naissance, l'homme a en quelques sorte le "devoir" d'accomplir en cette vie le Grand Œuvre alchimique, c'est à dire de forger son corps de lumière”.(p.161)


    lyon-et-la-fin-des-temps.pngAvec Lyon et la fin des temps, paru au Mercure Dauphinois, Daniel Robin nous invite à un voyage à travers le temps, l'histoire sainte, l'art et la littérature occulte.
    La ville de Lyon serait en effet marquée d'un sceau divin pour jouer un rôle eschatologique de premier plan en tant que porte ou pont célestiel, à l'image de l'arche d'alliance, disparue en 586 av J.C après la destruction du premier temple de Salomon par l'occupant babylonien.
    L'arche était en effet, d'après l'auteur, une "sorte de machine qui permettait d'établir une communication directe avec la transcendance", le Dieu des Hébreux YHWH s'entend. Or outre le fait que celle-ci aurait pu transiter par Lyon, dans les sous-sols de la ville, une construction antique (4e siècle après J.C), les "arêtes de poisson", ressemble à une antenne-râteau TV souterraine, sans qu'on sache encore son but, si ce n'est que son mimétisme est frappant avec des plans de l'ancien temple de Jérusalem.
    Par ailleurs la cathédrale de Fourvière, haut lieu tellurique, regorge d'allusions angéliques, de l'archange Michel aux tétramorphes, en passant par la symbolique du 8, chiffre entre autre de la résurrection...
    Dans ses confréries et rites initiatiques la ville a enfin toujours été vivifiée par la lignée johannite, qui est "une filiation par l'Esprit qui transmet l'héritage spirituel du christianisme des origines" (p.49), avec Saint Polycarpe (disciple de Jean l'évangéliste, l'aimé de Jésus), Pothin ou Saint Irénée (les deux premiers évêques de Lyon), puis au 13ème siècle les templiers et plus tard la franc-maçonnerie.
    Pour résumer Lyon serait un terreau propice à l'avènement d'êtres éclairés pour accomplir la volonté du Christ jusqu'à son second avènement : histoire, architecture, énergies, situation géographique...tout concoure à favoriser (en certains) un processus alchimique de divinisation, en spiritualisant la matière.
    Le livre pourtant est moins un enseignement spirituel (comment ?) qu'un traité concis de connaissances en vue d'édifier la conscience. Il constitue un complément et ultime chapitre aux chroniques ésotériques de Lyon, série de documentaires en ligne.
    Daniel Robin livre et révèle quelques clés ésotériques réservées jusqu'alors à des initiés. On comprend mieux dès lors les arcanes de la capitale des Gaules, son attirance occulte a travers siècles, sa branche spirite aussi mais l'auteur ne mentionne pas le rayonnement en plein jour de Maître Philippe, le célèbre (un des derniers) thaumaturge chrétien, en tant que signe fort d'un destin honorifique et prestigieux pour la ville lumière.

     

  • L’écolier nomade

    Du voyage, Emmanuel Bourdier, Flammarion jeunesse, Thomas Baas, novembre 2021, enfants du voyage, école, EFIV, Abd Al Malik« Nous voilà donc devant les grilles. Le vent cingle mes oreilles, celles des autres joueurs sont au chaud, là-bas, à l’autre bout de ce monde. Dans l’autre monde. Le nôtre ».

    Petite lecture bonheur de la semaine, Du voyage d’Emmanuel Bourdier chez Flammarion jeunesse qui nous conte l’histoire de Geronimo. Ce n’est pas un indien des plaines mais un enfant voyageur. En effet, sa famille déménage plusieurs fois dans l’année à bord de sa caravane. Cela ne l’empêche pas de se rendre à l’école, à chaque fois une nouvelle. Évidemment rien n’est simple quand on est le nouveau, un peu étrange, voire « étranger » pour certains, qu’on change d’instit’ comme de chemise, et qu’on est le seul du campement à franchir le portail de l’école. Oui parce que la maman de Geronimo insiste pour qu’il y aille même si elle a peur autant que lui.

    « Je lève les yeux à mon tour et je l’entends avant de le voir. Il faudrait que quelqu’un explique aux deux génies que ce n’est pas un moineau mais un rouge-queue. D’ailleurs, pas besoin de voir la couleur, son petit chant l’explique bien tout seul ».

    Un p’tit bonhomme avec une tête bien faite qui, contrairement aux idées reçues des enfants et souvent des adultes, sait lire, écrire et s’intéresse à tout. Son nouveau maître sait briser les préjugés, tout comme Emmanuel Bourdier qui invite les jeunes lecteurs à voir les autres d’un œil différent. Ici, chacun doit s’adapter. On a tous eu cette impression que le nouveau ne veut pas s’adapter, qu’il fait exprès d’être décalé ou bien qu’il est trop idiot pour changer. En lisant cette nouvelle, on comprend par combien d’étapes difficiles et angoissantes doit passer Geronimo pour se sentir un tout petit peu «à l’aise » dans un environnement déjà soupçonneux. À l’image de la petite Méloa qui range immédiatement sa gomme quand l’enfant du voyage s’installe à ses côtés.

    « -Bien. Tu as un cahier de suivi ? - Oui. - Tu sais lire ? Cette question … Est-ce que Stevie sait chanter ? - Oui, je sais. - Parfait. Si tu as du mal, demande-moi ou demande à Méloa ».

    Cette histoire tout en douceur, avec des chapitres clairs, à lire à partir de 8 ans, est sublimée par l’illustration de Thomas Baas. En refermant le livre, on ne peut s’empêcher de fredonner quelques paroles de la belle chanson d’Abd Al Malik : « Si l’enfant savait voudrait-il encore grandir ? Mais on a tous les âges quand on est enfant des gens du voyage ».

    Image: Flammarion jeunesse

  • Une solitude pleine

    Coup de cœur spiritualité

    "La prière pleinement aboutie est union avec Dieu. Elle n'est même plus une demande. Elle fait de l'orant un être comblé par Dieu et apaisé...On touche presque à la disparition de la prière". (p.87)


    soeur.jpgSoeur Catherine, ermite catholique, est reliée, sur sa montagne et dans sa sainte grotte, par la prière et l'oraison continue, au monde et à ses épreuves, souffrances ou cheminements de vie (de) particuliers.
    A l'époque du tout productif où seule la valeur monétaire prime en apparence, des êtres se sacrifient (étymologiquement c'est se consacrer) pour et en Christ, afin de montrer une autre réalité digne et pétrie d'amour à la face d'un monde saisi de violence.
    Cet apanage n'est évidemment pas que chrétien, les saints sont de tous bords même païens, mais la spécificité du christianisme et de l'eucharistie c'est de questionner ce Corps fantastique cosmique, mutilé puis ressuscité, comme mû d'un Amour qui transcende toutes épreuves et la mort même, une Trinité à l’œuvre...
    Dans "La joie du Réel", paru aux éditions du Relié, Sœur Catherine témoigne de cette union soutenue à Dieu, dans la solitude et la joie, fruit de 25 ans de retraite érémitique.
    Son ascèse réside essentiellement dans la lectio divina : Bible mais aussi écrits de carmélites (sœur Thérèse d'Avila notamment mais aussi Jean de la Croix ou sainte Thérèse de l'enfant Jésus) et manducation d'auteurs mystiques (Eckhart ou Ruysbroeck entre autres). Elle actualise ces enseignements abrupts et ardus mais phares de l'église, en démontrant leur pertinence actuelle pour le(la) disciple désireux d'unir son âme à Dieu, en y adjoignant bien évidemment la prière, l'oraison  (rendre grâce, être dans un esprit de gratitude).
    Le livre est assez complet en tant que manuel d'édification puisque l'auteure évoque quelques "techniques" pratiques de présence à Dieu (émergence, réflexion inspirée...) éprouvées au fil des ans, mais aussi des échardes et pièges sur la voie unitive (se sentir élu ou parvenu...) et nous propose une belle réflexion sur la manière dont l'esprit sain communique des messages (qui ne sont que des actualisations de l'évangile) à l'humanité par l'intermédiaire de quelques appelés (Saint Charbel, Maria de Valtorta, Padre Pio...).
    Cette vie pour Dieu, ce don de soi pour autrui et ce lieu de retraite à l'écart du monde sont des appels auxquels sœur Catherine a répondu présent (à 25 ans), suite à une m2tanoïa en oraison (enamourée par un brasier ardent). Rien ne la prédisposait à cette vie consacrée (parents païens) sauf ce discernement, oreille pour entendre, voix intérieure ou œil du cœur qui Se reconnut en toute clarté.


    "Dans le "mariage mystique" (ou septième demeure de Thérèse d'Avila), ce qui est guéri jusqu'à la racine c'est la tendance au péché...Après, la vie continue, mais avec Dieu pour seul maître intérieur" (pp. 138 et 140).

     

  • L'origine de l'imaginaire

    maïanne barthès,je suis venu.e pour rien,cécile maidon,slimane majdi,baptiste relat,cecilia steiner et emilie,clément rousseaux,sylvain brunat,alice garnier-jacob,julien leonardt,julie laborde,estelle olivier,aby mathieu,ennui,vide,la comédie de saint etienne,novembre 2021

    Intéressante et saine réflexion autour du rien, du vide, de l'ennui, de cette  "plénitude de quelque chose qui ne nous remplit pas". Je suis venu.e pour rien, mise en scène par Maïanne Barthès (issue de l'école de la Comédie de Saint Étienne) questionne le processus créatif, ce présent d'où jaillit l'étincelle, comme un jeu d'enfant, avant le retour à ce point de "repos obligé": l'ennui, vécu différemment par chacun.
    Quatre acteurs occupent la scène (Cécilia Steiner, Cécile Maidon, Slimane Majdi, Baptiste Relat)  dans deux contextes différents (un abribus et un espace de travail qui prend fin) et vont tromper cet ennui en s'évadant mentalement ou en créant des mondes imaginaires, transformant des moments plombants en véritables situations burlesques souvent drôles ou tendres et où le merveilleux advient.
    On se plaît à plonger dans nos souvenirs enfantins et l'on se permettra désormais d'invoquer l'esprit créateur trop souvent prohibé ou inhibé dans une société qui accapare ou détourne notre attention d'instants non rentables mais si précieux.

    Rencontre avec Maïanne Barthès à la Comédie de Saint Étienne. La pièce s'y joue jusqu'au 26 novembre.

    podcast

    Photo: Garance Li / Comédie de St Étienne

  • Les témoins de l'Amour

     

    "Soyez saints, ça veut simplement dire que nous avons une responsabilité particulière, celle d'être vraiment complètement humains, à l'image et à la ressemblance de Dieu : créateurs par nos paroles et nos actes et responsables des créatures et de la Création".(p.216)


    femmes.jpg"
    Des femmes et des dieux" c'est trois femmes, représentantes de trois cultes différents, en dialogue. C'est aussi un même Dieu mais aux nombreuses facettes. Floriane Chinsky (Rabbin et docteure en droit) Kahina Bahloul (islamologue et Imame) et Emmanuelle Seyboldt (pasteure et présidente du conseil national de l'église protestante unie de France) mettent à l'honneur une concorde sur sept jours d'échanges concernant la spécificité de leur religion (ou ce qu'elle n'est pas comme le voile, la charia ou la soumission pour l'Islam), leurs parcours respectifs mais surtout leurs témoignages de femmes sur le patriarcat, le féminisme dans les textes sacrés, la représentation du corps féminin ou la nécessaire lecture historico-critique des Livres saints.
    Fortes de leur liberté (souvent acquise à coup de luttes pour leurs droits fondamentaux) confortée par la lecture des Textes et des héroïnes féministes de tous temps, fortes de leur responsabilité à l'égard de Dieu (les juifs se sentent “libres”, les protestants “aimés” et les musulmans “serviteurs de Dieu”) et de leur communauté , elles se sentent plus que jamais en phase avec leur époque, attendues, et acceptent les défis de la modernité.
    A l'écoute l'une de l'autre et curieuses de l'héritage religieux et culturel de chacune, elles développent l'essentiel de leur croyances et pratiques au regard de récits oraux ou d'extraits d'histoire sainte, pour la gouverne et l'enrichissement de tous, croyants comme athées.
    A la lecture du triumvirat religieux, on se sent comme initié à l'intimité de la foi monothéiste et libre d'approfondir l'une de ses branches, en toute conscience.
    Les discordes sur les dogmes ne sont pas à l'ordre du jour puisqu'une sororité centrée sur la tâche ennoblie émerge de ces rencontres. Quelques désaccords certes sur l'emploi de mots mais qui ne tarit pas l'entente collective cordiale et respectueuse.
    L'ouvrage est le fruit d'une belle unité trouvée par ces trois chercheuses de l'essence de Dieu, dont le féminin ressurgit après avoir été longtemps occulté, et c'est un bien pour Sa complète représentation.

     

  • La re-création a sonné

     
    flou.jpgOn avait beaucoup aimé l'amour flou, le film et on adore la série en ce moment diffusée sur canal + séries, de Romane Bohringer avec son ex-cellent et drolissime ex-mari, Philippe Rebbot, leurs deux adorables enfants Rose et Raoul et leur "sépartement", néologisme d'appartement pour gens séparés mais soucieux de l'équilibre de leur progéniture (en fait deux appartements qui communiquent par un sas abritant les chambres des bambins)
    La série développe les atouts mais aussi les inconvénient d'un tel mode de vie (une seule salle de bain ou machine a laver par exemple...) où tout ramène aux souvenirs d'antan. Pas facile de refaire sa vie donc, chacun de son côté alors que le désir n'y est plus non plus entre ex-époux... Oui mais dès lors que faire ?
    C'est tout l'enjeu de cette série drôle et charmante à souhait, légère et poétique dans l'écriture (avec Gabor Rassov), intimiste sans être voyeuriste, grinçante mais non dénuée d'amour (il en reste sûrement !), de tendresse et de respect mutuel.
    Reda Kateb, Monica Bellucci, Éric Caravaca, Clémentine Autain, Céline Sallette, Lou Bohringer (sœur de Romane) et l'incontournable Richard Bohringer (le vieux grincheux mais pas que) viennent enrichir les rangs d'une vie de bohème comme on en vit plus, et cela fait un bien flou, bande-son et format carré (9 épisodes de 30 minutes) compris. A voir d'urgence donc !
     
    P.S spoiler: On veut vraiment voir Philippe Rebbot en "Jacques Brel" !
     

  • Excursion « Jungle »

    La jungle, Ludovic Joce, Editions alice jeunesse, Nathalie Lagacé, roman jeunesse, novembre 2021, Calais, Immigration« Je me souviens surtout que maman avait longuement hésité avant d’accepter d’emménager à Calais, du moins dans le quartier où se trouvait notre maison. Elle le trouvait trop de ce que tout le monde à l’époque surnommait « la jungle » ».

    À l’heure où la Pologne veut ériger un mur pour bloquer les migrants et où l’idée de tirer sur des réfugiés ne dérangent pas certains politiciens, lire La Jungle de Ludovic Joce aux éditions Alice jeunesse met un peu de baume au cœur. Dans ce petit ouvrage destiné aux jeunes, Lucas vient habiter à Calais avec sa famille et découvre ce qu’on appelle La Jungle. Sa maman lui interdit formellement de s’en approcher puisque c’est « peuplé d’étrangers imprévisibles et dangereux ». Le garçon va s’y retrouver par inadvertance et découvrir dans quelles conditions déplorables y vivent des humains, enfants et adultes. En effet, avant d’être des réfugiés, les « habitants » du camp de fortune sont avant tout des humains cherchant un endroit sécurisant pour vivre.

    « Seyoum s’est retourné. Je n’avais pas bougé d’un centimètre. Il a levé un bras. Je lui ai fait un signe de la main. Puis il a disparu derrière une forêt de tentes ».

    Le roman montre que les migrants ne viennent pas pour « faire l’aumône » ou voler du pain puisque Seyoum, un adolescent vivant dans une des innombrables cabanes miteuses va venir en aide à Lucas. La relation qui pourrait sembler bancale entre un enfant français « riche » et un jeune étranger « pauvre » s’équilibre, devient échange et peut laisser place à une vraie rencontre entre deux ados. La vision de Lucas sur cette « jungle » va ainsi changer et pourquoi pas bousculer les idées reçues de ses parents et peut-être un jour de la société. À travers ce récit, Ludovic Joce éclaire sur l’absurdité du système actuel où la police démonte les camps des réfugiés, souvent avec violence, tandis que ces derniers les remontent inlassablement, n’ayant d’autres endroits où dormir. Les images de démantèlement deviennent banales quand chacun allume sa télévision, pour Lucas, elles seront toujours terribles.

    « J’ai enfourché mon BMX et j’ai roulé en direction de la jungle. J’ai pédalé à fond la caisse. J’avais le cœur dans la gorge, ça tapait jusque dans mes tempes ».

    Un sujet difficile mais raconté avec simplicité et délicatesse, sans oublier les illustrations de Nathalie Lagacé, à portée des adolescents (à partir de 10 ans) et de leurs parents pour en discuter en famille.

    Image : Éditions Alice Jeunesse