blogger hit counter

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lumière

  • L'unité retrouvée

    L'humanité n'est pas toute seule, d'autres formes ont été créées aussi, à partir d'autres ondes. Ce sont d'autres créations, mais elles interfèrent avec nous, car, dans l'invisible, les ondes se mélangent. Il y a coexistence dans la même dimension, mais pas le même plan vibratoire (p.244. Réponse de Marie-Dominique P)

     

    Sylvie Dethiollaz,Claude Charles Fourrier,ISSNOE,Connexions - étude sur les contacts avec l'invisible,éditions trédaniel,clairaudient,médiums,channel,incorporé,Sylvie Dethiollaz et Claude Charles Fourrier, issus de l'Institut Suisse des Sciences Noetiques (directrice et psychothérapeute à ISSNOE), publient Connexions - étude sur les contacts avec l'invisible, chez Trédaniel Éditions.
    L'ouvrage (leur troisième en commun) est assez complet sur la question des entendeurs de voix. Il les contextualise à travers l'histoire et présente en outre 9 personnalités saines d'esprit dont les réponses à un questionnaire constitue le cœur de l'ouvrage. 
    Clairaudiant, clairvoyants, médiums, personne incorporée (façon Venom), channels...toutes parviennent à répondre de façon cohérente et presque complémentaire à des interrogations sur l'au-delà, la conscience, l'âme, le sens de la vie ou même la divinité. Les précautions quasi scientifiques prises par cet institut Genevois réputé et les conclusions ouvertes sur la voie spirituelle non duelle hindoue ainsi que les avancées de la physique quantique, relativisent pour autant le phénomène de clairaudience.
    Ces voix sont en effet de tout temps, l'invisible est l'autre face de la Réalité, nous sommes tous aidés d'en haut dans nos choix au quotidien... Conscientiser tout cela est affaire de travail sur soi, spirituellement parlant (à moins d'avoir un don de naissance bien entendu), car il est bon de nettoyer le filtre mental nous empêchant de se sentir relié(s).
    Cette connexion verticale, que d'autres religieux ou cheminants appelleront reliance (par opposition à la connexion transhumanisme par exemple) représente le futur de l'humanité, l'Homme en devenir qui co-nai(î)t à la Source. C'est un moyen habile et somme toute naturel de s'aligner sur d'autres mondes vibratoires (défunts, guides, extra-terrestres, gente céleste...) en conscientisant l'instant, pour délivrer soins ou messages au prochain ou pour soi-même, la bienveillance étant le signe d'un contact authentique.
    Petit bémol à cet imposant ouvrage (presque 600 pages !) érudit et instructif,  même si les réponses et les synthèses s'avèrent passionnantes, les questions protocolaires posées restent pourtant assez générales et communes et il aurait été intéressant de brancher les entités aidantes sur des considérations  plus métaphysiques : l'essence des prophètes par exemple, la dimension/valeur des textes sacrés (ou révélés) ou encore l'eschatologie  propre à tous...puisque science et religion jouent dans le fond la même symphonie.
    Le livre est en soi cependant un processus évolutif de la part des auteurs qui ont su renouveler leur vision du paranormal a mesure de l'expérience et être touchés intérieurement dans leurs croyances par l'appréhension directe d'un état de plénitude. D'où leur revirement spiritualiste loin du sensationnel et proche d'une praxis du quotidien, afin de réveiller les consciences. Un livre qui fait du bien.

     

    Car le processus de connexion est finalement très proche du processus créatif...ainsi créer relève parfois de la construction mentale, et parfois d'un Flow magique dicté par l'Absolu. L'alternance des deux conduit à un état mêlé de consentement, de joie, de liberté et de guidance, qui ressemble au sentiment amoureux. En chacun de nous réside cette divine inspiration. (p.436. Sarah M.)

  • De lumineuses origines

    Lumière, le voyage de Svetlana, Lylian, Sanoe, Vents d’Ouest, Carole Trebor, Rageot, siècle des Lumières, Russie, Diderot, fantastique, mai 2022Est-ce le moment de s’enticher d’une bande dessinée qui nous emmène en Russie ? C’est la question qu’on se pose et puis … Et puis ce pays n’est pas Poutine, les russes encore moins.

    Cette histoire se passe en 1774, à l’époque où Catherine II dirige la Russie, pas non plus très tendre me direz-vous ! Justement, ici, la fiction percute la grande Histoire et permet d’en apprendre davantage sur ce pays, mais aussi sur le règne des Lumières en France, on y croise d’ailleurs Diderot et sa fameuse encyclopédie*. Mais revenons à l’héroïne du récit : Svetlana alias Lumière, le voyage de Svetlana de Lylian (scénariste) et Sanoe (dessinatrice et coloriste) publié aux éditions Vent d’Ouest. La bande dessinée est adaptée du captivant et intense roman du même nom de Carole Trebor, paru chez Rageot en 2016 (à découvrir assurément).

    Le quotidien de la jeune fille est plutôt morose. Sa mère est morte, son père brillant astronome parisien n’a plus d’argent et se morfond. Souhaitant exposer les tableaux de sa maman, Svetlana découvre une lettre sur ses parents biologiques russes qui l’ont confiée à des français à l’âge de 3 ans. Une idée va alors germer dans la tête de l’adolescente : partir en Russie sur les traces de sa famille qui semble entourée de mystères. On retrouve l’atmosphère des lumières : le décor, les habits, les jeux d’ombres et de couleurs induits par les bougies (point d’électricité au 18ème siècle). Nous sommes vite plongés dans le passé et happés par l’intrigue. Les rêves de Svetlana, à l’atmosphère bleutée et peuplés d’animaux, nous emmènent par petites touches dans un univers fantastique.

    La vie de l’adolescente se transforme, les couleurs deviennent brunes ou bleues, comme une oscillation entre le monde réel et historique puis le monde imaginaire et magique. Mention spéciale pour le personnage d’Aliocha, sauvage et sensible, sorte de Davy Crockett qui croise le chemin de la belle et ingénieuse princesse des glaces ! Plus encore que dans le roman, Svetlana semble en effet tout droit sortie d’un vieux conte d’Andersen, même si l’histoire n’est pas du tout semblable. Nul doute que les lecteurs et lectrices attendront le tome 2 (suite et fin) avec impatiente qui promet de nous transporter aux confins du mystère et de la Russie d’antan.

    * L’encyclopédie ou Dictionnaire raisonnée des sciences des Arts et des métiers rédigé entre 1747 et 1765 par Diderot (écrivain, philosophe) et D’alembert (mathématicien, physicien).

    Image: Vents d'Ouest

  • Serviteur et maître

    "Pour être le parfait transmetteur de la parole et de la science divine, pour guider les hommes, pour connaître Dieu, il doit être un serviteur pur et épuré de toute attribution à soi de ce qui n'appartient qu'à Dieu, afin de ne rien lui associer de son adoration et sa mission...L'expérience spirituelle de la servitude est réalisation de l'unité. Le serviteur nie toute divinité en lui-même et en tout être pour l'attribuer à Dieu seul". (p.120-121)


    serviteur.jpgDenis Gril, islamologue spécialisé dans la recherche de la sainteté et du soufisme, publie aux éditions du Cerf une compilation thématique sur la figure du prophète Muhammad en spiritualité musulmane : le Serviteur de Dieu.
    Son approche et les prismes choisis pour l'étude s'avèrent inédits, originaux, voire atypiques et permettent de redécouvrir le statut et la fonction, la stature et la ponction (on conservait ses cheveux pour actes de guérison, certains buvaient l'eau de ses ablutions...) du dernier (le Sceau) des prophètes envoyés. Ainsi revit-il sous nos yeux
    en chair (vénération du corps vivant et mort), dans ses rapports conjugaux (il eut 9 femmes dont Aïsha), ou en compagnie des premiers compagnons, notamment son porteur de sandale et parfait récitateur du Coran naissant, Abdallah Ibn Mas'ûd.
    Plus qu'un simple illettré recevant une révélation à partir de 40 ans, Muhammad jouit, à travers les sources musulmanes traditionnelles, d'une aura quasi similaire à celle de Jésus pour les chrétiens, à la différence que le Coran renie toute déification. Les pieux compagnons sont témoins comme les Apôtres, sa vie confère au symbolisme (paroles et actes, en privé ou en public), son corps est miraculeux; son pouvoir d'intercession rappelé (Il sera témoin de tous les prophètes lors du Jugement dernier) et la révélation (qui s'étendra sur 23 ans) est empreinte de numineux.
    Les musulmans soufis garderont d'ailleurs , dans une moindre mesure avec certains hadiths révélés, le goût et la sacralisation des paroles inspirées  par l'esprit de sainteté (Le prophète fut même qualifié de Père en Esprit), Ibn Arabi en fer de lance.
    L'ouvrage évoque aussi le caractère singulier et précellent de Muhammad, premier conçu et dernier envoyé, véritable flambeau et lumière différenciée mais co-substantielle à Dieu (la double profession de foi en Islam). “Serviteur de Dieu” spécifie l'état du plus haut degré de réalisation spirituelle puisque rejetant toute association : la personne brûle pour ne laisser que la divinité être, l'état de fana des soufis.
    Ajoutons ici que celui qui a beaucoup reçu a beaucoup à donner aussi. Les spirituels de l'Islam à travers leurs chaînes de transmission ont donc aussi véhiculé de Muhammad  une image de maître enseigneur "humble, humain et simple...dont le caractère était le Coran".
    La fraternité qui régnait entre les pieux compagnons, le silence et la vénération qui les accompagnait en présence du Prophète susceptible à chaque instant de délivrer une parole insufflée (Hadith) ou révélée (Coran), sa relation particulière à Dieu et son effort de perfection...tout ceci forge un modèle initiatique dont les soufis hériteront et plus globalement les ésotéristes de tous bords.

     

  • L'univers cosmique du chamane

    Seule la conscience est éternelle. Si tu la touches, ton être psychique survit. C'est la clé de l'immortalité de l'âme”.(p.28)


    journal.jpgJournal de l'invisible, transcrit par Brigitte Pietrzak, nous livre de courts dialogues avec des entités des trois mondes (ciel blanc, terre, ciel noir). L'intérêt de l'ouvrage, à la manière des dialogues avec l'Ange, c'est la valeur d'enseignements des esprits-guides sur de nombreux sujets : de la pierre aux étoiles, des préoccupations terriennes (colère, jugement...) et naturelles (pierre, arbre, eau...) aux plus hautes considérations cosmologiques ou métaphysiques, en passant par le devenir des âmes, avant et après l'incarnation.
    Il est beaucoup question de lumière et de vibration, pour que la terre se mette au diapason de l'univers. L'incarnation est vue comme un formidable tremplin si l'on se lie avec la matière en acceptant sa spiritualisation.
    "
    C'est la manifestation de la Création dans sa plus large dimension, telle que le Divin l'a voulue. Elle constitue le plus bel ouvrage sur nous connaissions". (p.52)
    L'importance est mise sur le cœur (compassion, empathie), organe de la joie et de l'amour et sur la nécessaire fin de règne du mental, dans un futur proche, afin que disparaissent les murs entre soi et l'autre, pour parvenir (c'est le Plan divin) à une conscience unitive horizontale, un destin humain commun.
    La Conscience (d'origine non locale) est également primordiale, fruit d'une maturation ou d'un alignement avec la Source, en tout cas d'une harmonisation intérieure pour toucher l'ivresse (l'énergie divine) et créer dans la joie et le don.
    Ce
    Journal de l'invisible s'apparente à une cartographie mentale du chamane, apte à s'aventurer dans des mondes parallèles ou invisibles en lâchant prise justement d'avec son mental. La formation, sensibilité et fonction (ou mission) de Brigitte Pietrzak oriente ses questions posées à brûle-pourpoint et la richesse presque intimiste des réponses.
    Présenté dans la collection “chanels” de Mama Éditions, le livre ne ment pas sur le mode de révélation et son contenu éthérique. Loin du côté moralisateur des religions (et son corollaire le jugement), le monde dévoilé perd en manichéisme ce qu'il gagne en lien coopératif puisque tout obéit in fine à un plan divin unitif.
    L'invisible concoure à notre évolution et élévation, c'est ce qu'il est bon de retenir de ce livre surprenant, différent et éclairant,.


    Vous êtes le chaînon manquant à l'harmonie universelle. Le futur vous appelle à une transformation et vous conduit à une nouvelle évolution, où votre nature physique intégrera l'Esprit. Jusque dans la matière, selon son plan, le Divin devra s'exprimer”. (p.60)